Reiss vs Uccellatore

Scott Alexander Gabriel Reiss

Voir Reiss vs Éducation Nationale & Reiss vs Ordre des Médecins

Gendarmerie Nationale

Lorsque dans le cours des événements humains, il devient nécessaire pour un peuple de dissoudre les liens politiques qui l'ont attaché à un autre et de prendre, parmi les puissances de la Terre, la place séparée et égale à laquelle les lois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, le respect dû à l'opinion de l'humanité oblige à déclarer les causes qui le déterminent à la séparation.

La Déclaration unanime des treize États unis d'Amérique

Naïa & Bruno Vigier by SAGReiss

Le Prince des Vans (en haut à gauche) harangue le carnaval
tandis qu'une de ses administrées prône la désobéissance civile.

Le samedi 5 décembre 2009 à 08 heures 20 minutes

Nous soussigné Gendarme GENERAUX-BLACHIER Damien, Agent de Police Judiciaire en résidence à LES VANS 07140

Sous le contrôle de: Adjudant GERVAIS Pascal, Officier de Police Judiciaire en résidence à LES VANS 07140 Vu les articles 20, 21-1 et 75 à 78 du Code de Procédure Pénale

Nous trouvant au bureau de notre unité à LES VANS 07140, rapportons les opérations suivantes:

Nom Prénom



REISS Scott


Sexe Situation de Famille Date Naissance Commune Naissance et Code Postal Insee
M Célibataire 26/07/1963 NEW YORK (Etats-Unis)
Adresse

Validité état-civil
5 rue de la remise

Identité confirmée
Commune et Code postal Insee N° de Téléphone Profession Nationalité (si étranger)
LES VANS 07140 (France)
07334
## ## ## ## ##
Secrétaire
Américaine

Entendons la personne dénommée ci-dessus qui nous déclare:

Je me présente à vous aujourd’hui afin de déposer plainte. Je prends connaissance des raisons pour lesquelles mon audition est nécessaire.

J’ai vécu avec Madame Catherine UCCELLATORE de 2005 à 2007. Ensemble nous avons eu une fille, Rose REISS née le 27 août 2006. Nous nous sommes séparés légalement en octobre 2007. Le tribunal de grande instance de PRIVAS m’a accordé un droit de visite et d’hébergement les premières, troisièmes et cinquièmes fins de semaine de chaque mois du vendredi 18h au dimanche 19h et pendant la moitié des vacances scolaires de plus de cinq jours, à charge de prendre et de ramener l’enfant à sa résidence habituelle.

Le vendredi 04 décembre 2009, vers 17 heures 00, Catherine UCCELLATORE m’a téléphoné pour me dire qu’elle ne voulait pas que Rose vienne avec moi ce week-end. Je lui ai dit que je n’étais pas d’accord et que je venais chercher ma fille.

A 18 heures 00 je me suis présenté à son domicile à LABLACHERE 07, j’ai frappé à la porte. La porte ne s’est pas ouverte. J’ai attendu 05 à 10 minutes et puis je suis parti.

Je comptais fêter Noël et Hanukkah avec ma fille ce week-end car je ne la reverrai pas avant la fin du mois de décembre.

Je ne compte pas partir dans les prochains jours, ni dans les prochaines années, je me tiens à la disposition de la justice pour tout renseignement éventuel.

Je vous fournis le numéro de téléphone de Madame UCCELLATORE: ## ## ## ## ##.

Je vous fournis une copie de la grosse du jugement rendu le 01 octobre 2007 par le Tribunal de Grande Instance de PRIVAS 07.

Je dépose plainte pour NON REPRESENTATION D’ENFANT A UNE PERSONNE AYANT LE DROIT DE LE RECLAMER à l’encontre de Catherine UCCELLATORE.

Je reconnais avoir reçu une copie de mon audition ainsi qu’un récépissé de dépôt de plainte.

Je reconnais avoir été informé de mon droit à indemnisation et de ma possibilité de saisir un service ou une association d’aide aux victimes.

Je suis avisé que j’ai la possibilité de demander des dommages et intérêts en me constituant partie civile dès maintenant, conformément aux dispositions de l’article 420-1 du C.P.P.

Je désire me constituer dès à présent partie civile et je demande la somme de 01 euros de dommages et intérêts pour le motif suivant: NON REPRESENTATION D’ENFANT A UNE PERSONNE AYANT LE DROIT DE LE RECLAMER.

Les informations vous concernant collectées dans le présent procès-verbal peuvent être enregistrées et utilisées dans un traitement de données à caractère personnel de la gendarmerie nationale.

Vous pouvez obtenir communication de ces données, ainsi que, en cas d’erreur, leur rectification ou leur suppression. Ces droits s’exercent indirectement par intermédiaire de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), 8 rue Vivienne, 75083 Paris CEDEX 02.

A LES VANS 07140, le 05 décembre 2009 à 08 heures 40, lecture faite par moi des renseignements d’état civil et de la déclaration ci-dessus, j’y persiste et n’ai rien à changer, à y ajouter ou à y retrancher.

La personne entendue L’Agent de Police Judiciaire
SAGReiss Généraux-Blachier

De: SAGReiss

Date: 7 décembre 2009

Objet: Rose REISS

Monsieur Generaux-Blachier,

Suite à votre appel téléphonique, je vais agir, mais je pense qu'il serait souhaitable que vous agissiez dans le même sens, pour que le dossier soit informé à fond & avec rigueur. On vous répondra plus volontiers qu'à moi. Je vais néanmoins essayer de clarifier de mon côté les points suivants:

1. Le nom & les coordonnées du médecin qui aurait examiné Rose doit figurer dans le carnet de santé, que j'ai le droit de voir (droit que Mme UCCELLATORE a violé pendant plus de deux ans, malgré mes demandes lui adressées par écrit). Elle a enfin cédé, décidant d'obéir à la loi, au 20 novembre 2009, sous la pression d'une plainte ordinale que j'ai déposée à l'encontre du médecin traitant de Rose.

2. La présence, ou l'absence, de Rose à l'école (que j'ai légalement aussi le droit de savoir, même si l'école ne se montre pas toujours très coopérative). Est-ce que Rose était en assez bonne santé pour aller à l'école vendredi matin, mais pas chez son père vendredi soir? (Il s'agit bien d'un état bronchitique, et non pas d'une maladie survenue de façon imprévisible.) Son éventuelle absence de l'école aujourd'hui (lundi) est sans intérêt, du moment où c'est sa mère qui a pris cette décision, tout en sachant qu'une plainte a déjà été déposée à son encontre.

3. Vérifier la probité déontologique du certificat médical, au cas où ce serait un certificat de complaisance, ce qui ne peut malheureusement pas être exclu a priori. Si son auteur est le Dr SAUTEL de Lablachère, le médecin traitant de Rose (et de sa mère), sachez qu'il est convoqué à paraître devant l'Ordre des Médecins ce jeudi après-midi dans le cadre de ma plainte à son encontre pour faute professionnelle dans sa conduite envers Rose & moi.

Je vous informe désormais de certains points qui peuvent vous aider à mieux comprendre la situation:

4. À défaut d'un système de médecin de garde qui fonctionne à Joyeuse, Mme UCCELLATORE a déjà utilisé les urgences de l'hôpital à Aubenas pour divers événements médicaux survenus pendant le week-end, urgents ou pas. (Ce point et le suivant ne sont pertinents que si Mme UCCELLATORE prétend avoir amené Rose aux urgences, ce que j'ignore.)

5. Si Rose peut faire un aller-retour de Lablachère à Aubenas (54 kilomètres en tout) dans la voiture de sa mère, elle peut très bien faire un aller simple de Lablachère aux Vans (11 kilomètres) dans la voiture de son père. Les Vans a également l'avantage d'un système de médecin de garde qui fonctionne, contrairement à Joyeuse.

6. Mise à part la question de savoir chez quel médecin Mme UCCELLATORE prétend avoir amené Rose, c'est curieux de sa part d'avoir décidé de l'y amener précisément à 18h (lorsqu'il fait nuit & froid en cette saison), l'heure à laquelle elle prétend que Rose était justement trop malade pour sortir afin d'aller chez son père. Elle avait tout l'après-midi pour le faire. Rose sort de l'école à midi.

7. Rose a eu une bronchite saisonnière (parfois rhino-, parfois oto-rhino-, avec ou sans fièvre, plus ou moins grave selon le temps et les périodes) pendant les deux hivers passés (2007-8 & 2008-9). Aucun traitement ne s'est montré efficace (antibiotiques, kinésithérapie, etc.) Si cela doit empêcher Rose de voir son père, alors elle ne le verra qu'en été, car il n'y a que le retour du soleil qui la guérisse définitivement.

8. Rose est déjà venue plusieurs fois chez moi avec cette même bronchite, et je l'ai amenée voir le kinésithérapeute BLAIN (Joyeuse en 2007), les Drs FEIT & VIDAL (Aubenas en 2008), le Dr PELLET (Les Vans en 2009), et le Dr AKPONEMEY (St-Paul-le-Jeune en 2009).

Mme UCCELLATORE offre une solution à l'amiable lorsque c'est un gendarme qui lui téléphone. Quand elle m'a téléphoné vendredi dernier vers 17h, elle ne m'a pas parlé d'un échange de week-ends. Elle ne m'a pas dit qu'elle allait chez le médecin. Elle m'a dit texto qu'ELLE n'ouvrirait pas la porte, et la porte ne s'est pas ouverte.

Je n'ai pas vu ma fille depuis deux semaines, donc je ne peux pas savoir si elle est effectivement malade ou pas, ni si cette prétendue maladie est grave ou non. En tout cas les déclarations de Mme UCCELLATORE et du Dr SAUTEL sont à prendre avec scepticisme, et surtout à vérifier.

Mme UCCELLATORE sait user de son charme pour convaincre, et n'hésite pas à mentir, même par écrit & dans un document officiel. Par exemple, sur la fiche d'inscription de l'école de Rose, elle a indiqué que je n'ai pas l'autorité parentale sur ma fille, contrairement à la décision du Juge aux affaires familiales, texte qu'elle ne peut pas décemment prétendre ignorer ou ne pas avoir compris. On voit trois écritures distinctes sur cette fiche, celle de Mme UCCELLATORE, celle de Mme ALLIGNÉ (l'enseignant de Rose), qui a dû barrer & rectifier la fausse mention au 18 septembre 2009 quand j'ai refusé de signer, et enfin mon écriture sur le document ainsi corrigé.

Le 25 août 2009 Mme UCCELLATORE m’a envoyé deux courriers électroniques (CC au Dr SAUTEL) véhiculant des insinuations mensongères et diffamatoires que je ne répéterai en aucun cas. Selon un message ultérieur elle aurait répété ces mêmes calomnies à son avocat. Il s’agit de la récidive de sa part de faits établis par la Justice belge:

À Namur en 2005 Mme UCCELLATORE a accusé son frère d’agression sexuelle ("viol", dans la phrase disputée du jugement) contre sa fille ainée, âgée alors de onze ans. Au terme du procès pénal, elle m’a fait lire la décision (sous forme de document PDF) sur son ordinateur portable. L’inculpé a été acquitté, et le Juge a tenu à réprimander Mme UCCELLATORE pour avoir (motivée par la "jalousie") fait de faux témoignages et fait faire de faux témoignages à ses deux filles, l’une victime présumée, l’autre témoin des faits présumés.

Je ne souhaite pas devenir une nouvelle victime de parjures. Étant donnée leur source, il n’y a pas lieu que j’y réponde.

Merci de prendre en considération ces divers points dans l'instruction de votre dossier.

Je n'ai pas à négocier mes droits avec l'auteur du délit dont je suis la victime (avec ma fille). Il s'agit bien d'une affaire pénale, et non pas familiale. C'est comme quand Mme UCCELLATORE a refusé par écrit au 2 octobre 2009 de me transmettre le carnet de santé de Rose, en me proposant à la place des photocopies (sans aucune valeur médicale ni juridique), à condition que je lui paie "à l'avance" les photocopies.

CHRONOLOGIE RÉCENTE:

- 25 août 2009 Mme UCCELLATORE envoie à M. REISS deux courriels (CC au Dr SAUTEL) véhiculant des insinuations mensongères et diffamatoires.

- 18 septembre 2009 Mme ALLIGNÉ barre & rectifie la fausse mention de Mme UCCELLATORE sur la fiche d'inscription de l'école de Rose.

- 2 octobre 2009 Mme UCCELLATORE refuse de transmettre à M. REISS le carnet de santé, en proposant à la place des photocopies, payées "à l'avance".

- 20 novembre 2009 Mme UCCELLATORE, sous la pression d'une plainte déposée à l'encontre du Dr SAUTEL, transmet pour la première fois le carnet de santé.

- 4 décembre 2009 Mme UCCELLATORE prétexte une maladie (avec laquelle Rose est déjà venue chez son père) pour violer leur droit de visite.

J'espère voir ma fille ce week-end, et fêter enfin Noël & Hanoukka avec Rose, mais je maintiens ma plainte, la confirme, la soutiens, la réitère.

Meilleures salutations.

Scott Alexander Gabriel REISS, père de Rose

P.S. Je souhaite que le présent document soit rattaché à votre dossier & transmis avec lui au Procureur de la République. Merci de confirmer.

De: SAGReiss

Date: 8 décembre 2009

Objet: Rectification

Monsieur Generaux-Blachier,

Il y a une legere confusion & omission dans le document que je vous ai transmis hier. J'ai bien amene Rose chez les Drs FEIT & VIDAL a Aubenas en 2008, mais Mme UCCELLATORE m'a accompagne chez le premier, et peut-etre chez le second. Je ne m'en souviens pas. C'est chez le Dr ZARZOUR (Aubenas en 2008) que je suis alle sans la mere de Rose.

Excusez-moi de l'erreur. J'ai voulu que vous ayez rapidement tous les elements du dossier, donc j'ai ecrit ce texte en deux jours. Si jamais je trouve une autre inexactitude, je vous la communiquerai immediatement.

Je peux repasser a la gendarmerie pour signer une copie rectifiee de ce document, si vous estimez que c'est utile.

Merci de me confirmer que l'une des adresses ci-dessus est la bonne.

Meilleures salutations.

Scott Alexander Gabriel REISS, pere de Rose

De: Generaux-Blachier Damien

Date: 8 décembre 2009

Objet: Re: Rose REISS

Monsieur REISS,

J'accuse réception de votre mail ainsi que de votre courrier dans la boite aux lettres de la brigade. Il en sera fait mention par procès-verbal et joint à la procédure.

Je vous tiendrai informé ultérieurement des suites de mes investigations.

Cordialement le gendarme GENERAUX-BLACHIER.

Ce message électronique et tous les fichiers attachés qu'il contient sont confidentiels et destinés exclusivement à l'usage de la personne à laquelle ils sont adressés. Si vous avez reçu ce message par erreur, merci de le retourner à son émetteur. Les idées et opinions présentées dans ce message sont celles de son auteur et ne représentent pas nécessairement celles de la gendarmerie nationale ou d'une autre administration. La publication, l'usage, la distribution, l'impression ou la copie non autorisée de ce message et des attachements qu'il contient sont strictement interdits.

En cas d'urgence, composez le 17 ou le 112.

This e-mail and any files transmitted with it are confidential and intended solely for the use of the individual to whom it is addressed. If you have received this email in error please send it back to the person that sent it to you. Any views or opinions presented are solely those of its author and do not necessarily represent those of the French gendarmerie or any other administration. Unauthorized publication, use, dissemination, forwarding, printing or copying of this email and its associated attachments is strictly prohibited.

In case of emergency, dial number 17 or 112.

De: SAGReiss

Date: 9 décembre 2009

Objet: Tr: Re: Bulletins d'absence de Rose REISS

Monsieur le Maire,

Comme vous vous etes souvent montre bienveillant a l'egard de Rose (qui vous appelle le Prince des Vans dans le sens de Machiavel, en tant que representant local du pouvoir executif) & moi, je vous ecris au sujet d'un probleme qu'il faudrait presque qualifier de politique, car y jouent un role le Dr SAUTEL, medecin traitant de Rose, conseiller municipal de Lablachere, sujet d'une plainte ordinale de ma part, et Mme THERAUBE, directrice de l'Ecole Publique de Lablachere, conseillere municipale de Lablachere, qui refuse (comme le Dr SAUTEL) de me tenir ponctuellement informe au sujet de ma fille, informations auxquelles j'ai pourtant legalement droit. Samedi dernier a la Gendarmerie des Vans j'ai aussi depose une plainte penale a l'encontre de la mere de Rose, domiciliee a Lablachere dans une maison qui m'appartient a 37,1%, pour non-representation d'enfants:

http://tinyurl.com/uccellatore

Sachant que vous n'y etes pour rien dans tout cela, et que vous n'y pouvez rien, je pense qu'un simple mail de votre part, en tant que citoyen (que je ne suis pas) et Maire des Vans (que je ne suis pas non plus), indiquant que vous vous interessez au sort de Rose & moi serait tres benefique. J'habite Les Vans depuis plus de deux ans, et Rose y habite quand le Juge aux affaires familiales et la mere de Rose le veulent bien.

Je vous remercie de votre consideration.

Scott Alexander Gabriel REISS, pere de Rose

Voici l'adresse des personnes concernees:

- Dr Jean-Luc SAUTEL

- Ecole Publique de Lablachere - Directrice Chantal THERAUBE

- Mairie de Lablachere - Maire Jean-Pierre LAPORTE

- Gendarme Damien GENERAUX-BLACHIER de la brigade des Vans

De: SAGReiss

Date: 10 décembre 2009

Objet: Conges de Paternite

Monsieur Generaux-Blachier,

J'ai pris des conges de paternite de mon travail parce que Rose etait chez moi et malade aux dates suivantes:

- 16 fevrier 2009 (pendant les droits de visite)

- 20 mai 2009 (quand Mme UCCELLATORE m'a confie Rose [pourtant malade] en dehors des droits de visites)

- 25 mai 2009 (quand Mme UCCELLATORE m'a confie Rose [pourtant malade] en dehors des droits de visites)

Les conges que j'aurais du prendre seraient plus nombreux, sauf que je ne travaillais que deux jours (le lundi & le mercredi) par semaine jusqu'en septembre 2009, quand j'ai pu reamenager mon emploi de temps en fonction de celui de Rose, nouvellement inscrite a l'ecole, pour pouvoir l'accueillir en semaine, au cas ou sa mere le souhaitait, en cas de maladie ou pour n'importe quelle autre raison.

Je peux confirmer que Rose etait bien chez moi en vous faisant suivre des courriels de sa mere.

Meilleures salutations.

Scott Alexander Gabriel REISS, pere de Rose

De: SAGReiss

Date: 21 décembre 2009

Objet: Ma Demande d'Aide

Monsieur le Maire,

N'ayant pas eu une reponse a mon message du 9 decembre (ci-dessous), je suis alle a la Mairie demander un rendez-vous avec vous, que je ne peux pas avoir avant l'annee prochaine de toute facon.

Ce rendez-vous n'est pourtant pas necessaire. Si vous ne pouvez pas faire ce que je vous demande (et je ne vous demande pas de prendre position sur une plainte penale dont vous ne connaissez pas forcement toutes les ramifications, mais simplement de temoigner de votre interet dans le sort de deux de vos administres), j'accepterai avec regret votre decision. Je n'ai pas besoin d'une explication face-a-face.

Je sais que vous etes tres occupe (et vous preparez sans doute les fetes pour votre famille aussi), mais ma plainte est deja partie chez le Procureur de la Republique a Privas, et je crains (comme c'est malheureusement souvent le cas de cette violation particuliere de la loi) qu'elle ne soit classee sans suite. Un mail de votre part, un geste purement symbolique, attirerait peut-etre plus d'attention sur le dossier. Je ne trouve meme pas l'adresse electronique du Procureur, mais la gendarmerie pourrait transmettre votre message.

Merci de votre consideration.

Meilleures salutations, et joyeux Noel.

Scott Alexander Gabriel REISS, pere de Rose

De: SAGReiss

Date: 5 janvier 2010

Objet: Consultation de Rose REISS du 4 decembre 2009

Pièce(s) Jointe(s): uccellatore_2009_12_05.mp3

Monsieur GENERAUX-BLACHIER,

Ci-joint le message téléphonique de Mme UCCELLATORE du 5 décembre 2009 à 14h12 (vraisemblablement après que vous lui avez contacté), où elle prétend avoir amené Rose "en urgence chez le médecin" vendredi le 4 décembre vers 18h, lors du délit de non-représentation d'enfant pour lequel j'ai porté plainte auprès de vous le 5 décembre entre 8 & 9h. Je vous rappelle que Rose était déjà absente de l'école depuis deux semaines (sans que personne, ni mère, ni école, ni médecin, si elle en a vu un [ce que je ne peux pas vérifier, puisque Mme UCCELLATORE refuse toujours de me transmettre le carnet de santé, même pendant la semaine de la visite des vacances de Noël], n'ait ressenti le besoin de prévenir son père) pour une condition (vraisemblablement la bronchite) qui ne s'est peut-être pas brusquement aggravée juste à ce moment-là.

Il semblerait que cette consultation, et l'ordonnance d'antibiotiques qui en était le résultat, n'ait eu d'autre but que de créer un alibi pour Mme UCCELLATORE, sachant que les antibiotiques se sont déjà avérés inefficaces contre la même maladie de Rose les hivers précédents, et que Mme UCCELLATORE & moi avons été d'accord pour ne pas suivre ces traitements inutiles, voire nuisibles.

J'ai rendez-vous samedi matin chez le médecin en question, et je vous communiquerai plus de détails à ce moment-là, à condition que nous arrivions à résoudre la question épineuse du secret professionnel.

Merci de confirmer la réception de ce message (et de sa pièce jointe) et de bien vouloir les transmettre au Procureur de la République.

Meilleures salutations.

Scott Alexander Gabriel REISS, père de Rose

De: SAGReiss

Date: 9 janvier 2010

Objet: Consultation de Rose REISS du 4 decembre 2009 (suite)

Monsieur GENERAUX-BLACHIER,

Ayant enfin vu le docteur SAJUS ce matin, je peux confirmer mon hypothèse quant au caractère juridique, et non pas médical, de la visite de Mme UCCELLATORE chez le médecin vendredi le 4 décembre à 18h. Il s'agit bien d'un abus du système médical, de la sécurité sociale, et du corps de ma fille (médicamentée sans raison), pour fournir un alibi à Mme UCCELLATORE pour le délit pénal de non-représentation d'enfant qu'elle allait commettre.

Je vous rappelle que les deux hivers précédents, et avec l'accord du ORL le docteur VIDAL à l’hôpital d'Aubenas en 2008, lorsque Rose avait de la fièvre et une oto-rhino-bronchite (dite froide), nous avons décidé qu'il n'était pas utile de lui donner des antibiotiques. Mme UCCELLATORE (qui est comme moi contre le vaccin de la grippe H1N1, à moins qu'elle n'ait changé d'avis pour des raisons encore une fois juridiques) n'a apparemment pas amené Rose chez un médecin pendant les deux semaines où elle était absente de l'école pour cette rhino-bronchite, avant de prendre cette curieuse décision précipitamment vendredi le 4 décembre au soir.

Le docteur SAJUS confirme que rien de médical ne contrindiquait la visite prévue de Rose chez son père, et que sa condition n'était ni grave ni urgente.

Je pense que pour confirmer mes affirmations, la police a besoin de délier le Dr SAJUS du secret professionnel, contrainte qui ne s'applique naturellement pas à moi, puisque je suis le père de l'enfant ayant autorité parentale et donc le droit d'être informé, droit que Mme UCCELLATORE viole en me privant du carnet de santé, précisément pour que je ne puisse pas savoir chez quels médecins ma fille serait éventuellement allée.

Merci de me confirmer la réception de ce message, et du message précédent (envoyé le 5 janvier à 15h19) avec sa pièce jointe, et de bien vouloir les transmettre au Procureur de la République.

Meilleures salutations.

Scott Alexander Gabriel REISS, père de Rose

De: SAGReiss

Date: 27 janvier 2010

Objet: Remission of Duty

Monsieur le Maire,

Je ne suis pas naif. Je sais qu'il est tres peu probable de recevoir la reponse d'un Francais par mail. C'est pourquoi j'evoie la plupart de mes messages a l'etranger. Je suis tres reconnaissant au gendarme Generaux (CC ci-dessus) de m'avoir repondu une fois. Neanmoins, j'ecris pour vous informer de la decision, que je ne comprends pas bien, du Procureur de la Republique de Privas.

Le Procureur anonyme ecrit que la plainte sera classee sans suite. Bon, je le regrette, mais au moins je comprends ce que cela veut dire. La loi n'est pas respectee, et les gendarmeres perdent leur temps a informer des plaintes qui ne servent a rien.

C'est la raison citee que je ne comprends pas: "Infraction insuffisamment caracterisee". Qu'est-ce que cela veut dire? Qu'il faut un peu plus de violence de la part de la mere de ma fille? Qu'il faut du recidive avant qu'on ne reconnaisse une infraction? Est-ce que cela veut dire que le Procureur l'a condamnee pour une infraction? Ce serait deja pas mal.

Suivent deux pages de texte que je ne comprends pas du tout sur les differents types de recours a ma disposition, quitte a payer un avocat, un huissier, voire le Tribunal lui-meme. Est-ce que vous me conseillerez un de ces recours? Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer ces textes. (Je vous informe que je gagne environ sept cents euros par mois, y compris la CAF, mais que l'aide juridictionnelle m'a ete refusee en 2007 parce que je suis proprietaire a 37,1% de la maison (ou mon ex habite avec ses deux filles d'une union precedente & notre fille), sans que Madame ne me verse quoi que ce soit en indemnite, et que je lui paie une pension alimentaire de 150euros par mois.)

Depuis que l'Ordre des Medecins a aussi classe sans suite ma plainte, la mere de ma fille ne me communique de nouveau plus le carnet de sante, ni l'ordonnance des medicaments qu'elle m'a demande de donner a notre fille lors de la derniere visite. Les carences de l'administration ne sont pas inoffensives.

Fin decembre j'ai essaye de fixer un rendez-vous avec vous, mais le secretariat ne m'a toujours pas communique l'horaire de vos permanances.

Est-ce que quelqu'un peut m'aider? Sinon, un samedi prochain a 8h00 je vais de nouveau deranger Monsieur Generaux avec une nouvelle plainte, esperons pour une infraction mieux caracterisee.

Merci de votre comprehension, et meilleures salutations.

Scott Alexander Gabriel REISS, pere de Rose & votre administre

2 février 2010

razmo a écrit:

J'ai cru voir le fameux « infraction insuffisamment caractérisée » à propos d'une NPE semble t'il. Mort de rire. Confused

C'est pas compliqué, à titre d'expérience, la prochaine fois tu fais la même chose pour voir si dans l'autre sens, c'est une infraction insuffisamment ou non caractérisée....

razmo, ta solution ne me tente pas trop, car je connais un gars, un dentiste a la retraite donc pas a priori un gros delinquent, qui a teste le systeme. Sa femme legitime est martiniquaise (erreur), et un beau jour elle decide de retrouver le soleil & la mer, en kidnappant leur fille de cinq ans, bien sur. Comme elle ne pouvait pas s'enfuire comme tout le monde en stop ou en train ou quelque chose de ce genre, notre heros est "oblige" de lui conduire a l'aeroport de Marseille, a deux cents bornes de la maison. Il execute, sauf que quand Madame s'occupe des passeports, des billets & des bagages, il en profite pour ramener sa fille chez elle, a la domicile commune de tout le monde. J'ai rigole quand il m'a raconte ca: "Et le lendemain, tu t'es retrouve en taule?" "Le lendemain? Tu parles! Le soir meme." Donc les flics l'empoche pour permettre a sa future ex-femme de kidnapper l'enfant au Martinique avec abandon de domicile, eloignement geographique volontaire, & toutes les circonstances aggravantes que tu veux. Je prefere tenter ma chance en envoyant des photos & des flechettes sur le 'net.

3 février 2010

Je prefere la simple desobeissance civile, comme Jean Giono, auteur de Refus d'Obeissance: « Marchez seul, que votre clarté vous suffise. » Je ne fais du mal a personne. Je cree des oeuvres d'art & de pedagogie pour ma fille, ma libre expression poetique, politique & religieuse. Si je me retrouve en taule pour avoir ecrit, alors que le rapt d'un enfant n'est qu'une "infraction insufisamment caracterisee", soit. Au moins j'aurais dit mon fin mot. Qu'ils essaient de l'effacer du World Wide Web, s'il le souhaitent. Je puis changer d'hebergeur tous les jours, meme depuis mon geôle. D'autres personnes que moi connaissent le mot de passe de mon site.

De: SAGReiss

Date: 17 mars 2010

Object: Stranded Orphans

I saw two girls hitching at the roundabout of Largentiere. I stopped, noticing that one of them was Deborah. The window was open. I said: "Salut." "Tu nous amenes a Lablachere?" "Bien oui." We didn't say another word until we got there. I thought about broaching a topic of mutual interest: "Rose tells me her grandfather is dead," but thought better of it. Deborah has the quality of knowing how to keep her mouth shut, which is good, since she has absolutely nothing of interest to say. The other girl I eventually recognized as a neighbor, Aurelie. It's hard to tell, as these girls all dress like East German prostitutes with dyed black hair & mascara. I guess it's Goth. I dropped them off at the roundabout in Lablachere. I checked if they had stolen anything from the car, and happily drove off alone. Later I was sitting in the sun before the bar, when I noticed Beethoven, the bimbo's dog, wandering through traffic. I grabbed him on the sidewalk, and he led me to his dogsitter's home, but she wasn't in. As I staggered down the street with my finger in Beethoven's collar, some girl hailed me, and offered to find me a leash, but only came up with a black scarf. She tied it to the collar, and we went back to the bar to wait. The girl eventually showed up, and I gave her the dog. She didn't even bother buying me a drink. O tempora! O mores!

De: SAGReiss

Date: 18 mars 2010

Object: Catherine of Arabia

In a fight between two animals, a battle between two people, or a war between two nations, if one of the belligerents (the badger, C the G, certain Arabs and/or Moslems) deems it a struggle to the death, then there can be no peaceful resolution, for no one will accept death as a settlement. C the G won our custody battle, but she doesn't accept that victory. She will only accept my death, and Rose's orphanage. I could have accepted 1-3-5+1/2, especially since I hadn't much choice, but I cannot, nor ever will, accept death. That is asking too much. So long as some Arabs and/or Moslems talk of throwing the Jews into the Sea, there will be no end to the conflict, for the Jews can accept a lot, but not annihilation, which they have already had a few occasions (1492, 1942 etc.) to see up close. No Jew talks of killing all of the Arabs, or all of the Moslems, from the Atlantic to the Pacific. The day that the Arabs (all of them) say: "Fuck this. Let's just go back to the 19xx borders," the problem will be solved, for there are educated men on both sides who know how to negotiate that deal. Once all we're talking about is land (and no longer peace for land), then the solution will swiftly be found. Land is not so great a problem, not even in such a small corner of God's Earth as Israel. Death is a problem.

De: SAGReiss

Date: 25 mars 2010 [renvoyé le 29 par la poste]

Object: Stop

Catherine,

Le 16 mars dernier a Lanas vers 12h45 j'ai pris Deborah & Aurelie (je crois) en stop, et les ai ramenees a Lablachere. Je ne t'ai rien dit, parce que cela ne me regarde pas et l'on n'aime pas trop moucharder, mais j'avais peut-etre tort.

Ce matin (jeudi 25 mars) sous la pluie a Rosieres vers 8h45 je les ai vues encore une fois, mais elles n'ont pas voulu monter a bord, ce qui est leur droit.

En revanche, je ne sais pas si c'est la meilleure solution a leurs besoins de transport, meme si l'on est en Ardeche & elles sont a deux, et je ne sais surtout pas si tu es au courant.

Je ne voudrais pas que Rose fasse du stop a leur age, et je voudrais que quelqu'un me le dise si jamais elle le faisait derriere mon dos.

Le Dr Sautel (CC ci-dessus) peut te transmettre ce message, ou en parler a toi &/ou a Deborah, voire aux parents d'Aurelie qu'il connait certainement puisqu'ils sont de Lablachere, mais dont j'ignore le nom de famille.

Desole de me meler de vos affaires, mais elles sont sur la voie publique, et je ne pourrais pas te dire plus tard que je ne les ai pas vues. Maintenant a toi de voir.

Meilleures salutations.

Scott Alexander Gabriel Reiss, pere de Rose

De: SAGReiss

Date: 16 mai 2010

Object: Press Charges

C the G's mind may have snapped. She is getting fat around the middle, but I don't mind that. I would still like to wrap my arms around her, so long as there were a huissier de justice present to witness consent & a couple of gendarmes to intervene in case of violence. After a beautiful four-day week-end, including (in more or less chronological order) visits to the Scot & his brother's restaurant, Catastrophe, supper with Sofian & the Bimbo, Salami & the pig farm, a first meeting with Greer the South African potter which will eventually result in a visit to or even lessons in her workshop, a picnic by the waterfalls where we play Paddle to the Sea with sticks, another wonderful day at Naia's farm, where the girls are learning to ride bikes & play petanque (a kind of bocci balls), and another piano lesson, where Rose played her new mouth harp & we introduced Are You Sleeping, Brother John? Rose asked me to bring her back through the backyard entrance, which I discouraged but finally agreed to. We were met by an angry Catherine, who told me that this was private property: "Of which I am an owner." Rose interjected that she had asked for this path. "You are not a resident. Next time I will press charges." I was not even standing on our property: "Press charges," and I turned away.

SAGReiss