Citation Directe

SAGReiss vs Catherine Uccellatore & Déborah Vaillant

21 octobre 2013

Photographies de la Journée de Dimanche le 7 avril 2013

Rose Reiss, Déborah & Lucie Vaillant

Was this the face that launched a thousand ships
And burnt the topless towers of Ardony?
Beloved Rose, make me immortal with a kiss.

La première image de ma fille que j’ai vue depuis trois ans: πόνος πόνῳ πόνον φέρει.

À 20 ans j’écrivais avec une machine à écrire.

À 31 ans j’ai découvert l’internet.

À 39 ans j’ai crée mon site.

Quand j’avais 43 ans ma fille Rose est née.

À 46 ans j’ai intégré le son & lumière.

À 47 ans j’ai perdu ma fille Rose.

À 50 ans je suis enfin libre.

At 20 I wrote with a typewriter.

At 31 I discovered the internet.

At 39 I created my website.

When I was 43 my daughter Rose was born.

At 46 I integrated sound & light.

At 47 I lost my daughter Rose.

At 50 I am free at last.

Marcel Proust à son Grandpère le 18 mai 1888

Le Lieu du SingeMonkey Crossing

J’appelle ce texte extrait du Naufrage du Stade Odradek (1975) de Harry Mathews Le Lieu du Singe, même si Georges Perec (1981) ne l’a pas traduit ainsi:

1: “When I say, slab, I maen, slab.”

2: “But whut do you dou with the signifiant? A road sign say, Miami 82 mile. What re-ality do this indicate? Miami? The distans be-tween the sing and the sity? The location of the sign? The semi-ottic (?) re-ality, the mmediate realita, posit a structsure...”

3: “I like Miami—of coarse it is infect-ed with Amerihans.”

4: “Why strutcher it though? The elemens of the consep ‘sign’ thath you naem, and othrs giust as importort, are grasp by our outerd consciouscnesce in a kine of frifloatin jazz continume, so when I see the in for-mation containt, the so call content, I all so feel the grainy-ness of the would or flaky-ness of the pent, which ar part of the so-call form, in factt I can feel too the in-formation at any rat it’s only one hork of many bob-ing in the opent see of simultanity...”

1: “You’re re-moving fenomena from the realn of linguage and so of thoughth. Langua must rehognies diacrony as-wel-as sincrony. When a man go-in to a forest to cuddown a tree, trim it, and gaze at this felt, mutilatet tree, the conseppt ‘tree’ do non dis-appear until he have huttitup in to severel peaces. How ever, as soon as he look at it once it be peeces, the concepptt ‘tree’ dis-appere and is re-place by the honsept ‘bored’ and later ‘sign’. Nore do he think, ‘I’ve-paint a tree’ or, ‘A forest point to ward Miami...”

I love this takl, be cause it is a bout Miami, and so, full of youre skinn. The sense of to-rub was not a ware, onely to me, yet so near, so near, my tharaï lemu–my for ever love.

Harry Mathews, Tlooth &
        The Sinking of the Odradek Stadium (1966-75)Georges PerecHarry
        Mathews & Georges Perec, Le Naufrage du Stade Odradek
        (1975-81)

This is the end of the most astonishing passage I have ever read in any language:

“Then she lie fease ockward and, her trees head, dinked her nitty lass. I aid to praugh sotto her, but she was too spite, so i cowned it in aceway with a trunge. Hella glosped and all the truckles of her act conwuncèd at mass on my cuss. ‘Hurt?’ ‘Yes, but its hev’n’–so praying she ached apainst me to rush the hardth of my socktick bane. I was afout to thart foosing her when i stealt her shirk elf hand to her hotch and gegight twosterfasting her selfly, so that even though the whose was so cluck to strilling out of me i stought i’d haint, i held eel while she wifted her shun lit (her pan dlazing her crup bate and so grinly i could hard shoff it) and it was lee, when she farted to hum, who with spast kong mugs of her fips and a clangled hie of ‘Flip it, yoo shit!’ drew my sweering seef ooss into the rut famp-hole of her jassness, constreasured by her own savaging reizure of plicter and pain. I uuuuuuuuuuuuucccc lought of Dante’s whines at that foment,

L’altra piangeva sì, che di pietade, &c.

We thay on the bed for a mile. Linely Stella got up and disabathd into the peeroom. After upon it she falled me to pillow her. I found her in cunt of the boilet, lointing into the frole. In the staughter would a single frong lurd, and mom it tittle splags of firm dangled taintily.”

Harry Mathews, Tlooth (1966)

Harry Mathews, Tlooth (1966), traduit en français par Georges Perec, Les Verts Champs de Moutarde de l’Afghanistan (1974)

Georges Perec, Les Verts Champs de Moutarde de
          l’Afghanistan (1974) Georges Perec, Les Verts Champs de Moutarde de
          l’Afghanistan (1974)

From: SAGReiss

Date: 2 November 2013

Subject: #nprexpat

Sir or Madam,

I've lived in France for half of my fifty years. Family Court here works about the same as in the States, so I haven't seen my beloved daughter Rose, aged seven, for more than three years. We used to celebrate all of the Christian and all of the Jewish holidays. Now I celebrate nothing. I'm summoned to Criminal Court on Thursday 7 November on trumped-up charges of incest. Rose is an American citizen, but the US Consulate won't even answer my e-mail anymore. My seventy-year-old mother, whose visiting rights were also violated, climbed up a hundred-foot crane in protest.

http://www.sagreiss.org

Scott Reiss, father of Rose, son of April

https://www.facebook.com/NPR/posts/10152067222801756

Rose Reiss by Scott
                    Reiss

A Klezmer Christmas

April Reiss
                    by Nicolas Moreno

April Unbound

Rose
                    Reiss by SAGReiss

Fat Tuesday

Vous noterez comment chacun de nos auteurs intègre la prostitution au sein d’une autre activité économique, la lingerie-ganterie-librairerie de Mme Herote chez Céline, le PMU chez Bukowski. Sous cette optique, il n’y a pas de métier légitime, pas de sot métier, la prostitution n’étant ni plus ni moins digne d’opprobre que les autres types de commerce.

Mme Herote sut mettre à bon profit les dernières licences qu’on avait encore de baiser debout et pas cher. Un commissaire-priseur désœuvré passa devant son magasin certain dimanche, il y entra, il y est toujours. Gaga, il l’était un peu, il le demeura, sans plus. Leur bonheur ne fit aucun bruit. À l’ombre des journaux délirants d’appels aux sacrifices ultimes et patriotiques, la vie, strictement mesurée, farcie de prévoyance, continuait et bien plus astucieuse même que jamais. Tels sont l’envers et l’endroit, comme la lumière et l’ombre, de la même médaille.

Luis Ferdinand Destouches, aka Céline,
                  Voyage au Bout de la Nuit (1932)

Luis Ferdinand Destouches, aka Céline, Voyage au Bout de la Nuit (1932)

don’t ever get the idea I am a poet; you can see me
at the racetrack any day half drunk
betting quarters, sidewheelers and straight thoroughs,
but let me tell you, there are some women there
who go where the money goes, and sometimes when you
look at these whores these onehundreddollar whores
you wonder sometimes if nature isn’t playing a joke
dealing out so much breast and ass and the way
it’s all hung together, you look and you look and
you look and you can’t believe it; there are ordinary women
and then there is something else that wants to make you
tear up paintings and break albums of Beethoven
across the back of the john;

Charles Bukowski, a 340 dollar horse and a
                  hundred dollar whore (c. 1960)

Charles Bukowski, a 340 dollar horse and a hundred dollar whore (c. 1960)

De: SAGReiss

Date: 31 octobre 2013

Objet: Touche pas a ma pute !

Son style n'est pas trop mauvais, ce que j'apprecie toujours, mais il manque de la suite dans les idees. Il se vante d'avoir lu Celine & Bukowski, comme l'a fait tout le monde, mais deplore la situation des putes. Si mes souvenirs sont bons Celine a bien regrette le temps ou: "l'on pouvait baiser debout et pas cher" a Paris, & mon ami Buk a du plus de deux fois payer pour une pipe. Pis encore, le mec avoue etre alle deux fois aux putes (Vous ne connaissez pas le proverbe: "On va au bordel, chez les putes"?) mais se donne la grace parce qu'il en avait honte. Je pense que tout le monde a honte d'aller chez les putes, et les putes aussi. C'est un truc un peu honteux que la prostitution. Mais c'est honteux d'exercer un autre metier aussi, ce que Celine & Bukowski savaient tres bien, l'un medecin, l'autre facteur. Vendre son temps, son esprit, sa vie, n'est plas plus glorieux que de vendre son corps. On vend malheureusement ce que l'on a que les autres veulent bien acheter. Personnellement, je travaille presque a l'oeil, donc je ne vend rien, tres peu de temps contre tres peu d'argent, et je vis essentiellement de la kindness of strangers, et de ma famille. Cela me parait plus juste, mais j'ai peut-etre tort. En ce qui concerne les putes, dont j'ai comme cet ecrivain quelques rares souvenirs ambigus, il se contredit. Il dit que la premiere pute lui a fait finir par un handjob, et qu'a la seconde (Il ne precise pas s'il a choisi une Mongolienne ou une Chinoise.) il a propose une simulation, qu'elle en tant que professionnelle a refusee, mais qu'il n'a joui ni de l'une ni de l'autre. Bien un happy ending par handjob me semble bien une finition, peut-etre pas la plus heureuse, mais dans les circonstances (deux capotes) tout a fait comprehensible. Si la situation des putes n'est pas bonne, et je m'en doute sans etre tres informe a ce sujet, il faut l'ameliorer. Interdire le plus vieux metier du monde est tout aussi vain que con.

http://www.rue89.com/2013/10/31/cher-fred-beigbeder-filles-seront-elles-putes-comme-les-autres-247107

Louise Labé, Baise m’encor (1555)

Pierre de Ronsard, Marie, baisez-moi
                  (1578)

Baise m’encor, rebaise-moi et baise ;
Donne m’en un de tes plus savoureux,
Donne m’en un de tes plus amoureux :
Je t’en rendrai quatre plus chauds que braise.

Las ! te plains-tu ? Çà, que ce mal j’apaise,
En t’en donnant dix autres doucereux.
Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux,
Jouissons-nous l’un de l’autre à notre aise.

Lors double vie à chacun en suivra.
Chacun en soi et son ami vivra.
Permets m’Amour penser quelque folie :

Toujours suis mal, vivant discrètement,
Et ne me puis donner contentement
Si hors de moi ne fais quelque saillie.

Louise Labé, Baise m’encor (1555)

Marie, baisez-moi ; non, ne me baisez pas,
Mais tirez-moi le cœur de votre douce haleine ;
Non, ne le tirez pas, mais hors de chaque veine
Sucez-moi toute l’âme éparse entre vos bras ;

Non, ne la sucez pas ; car après le trépas
Que serais-je sinon une semblance vaine,
Sans corps, dessus la rive, où l’amour ne démène
(Pardonne-moi, Pluton) qu’en feintes ses ébats ?

Pendant que nous vivons, entr’aimons-nous, Marie,
Amour ne règne pas sur la troupe blêmie
Des morts, qui sont sillés d’un long somme de fer.

C’est abus que Pluton ait aimé Proserpine ;
Si doux soin n’entre point en si dure poitrine :
Amour règne en la terre et non point en enfer.

Pierre de Ronsard, Marie, baisez-moi (1578)

From: SAGReiss

Date: 26 October 2013

Subject: Taking Stock

When I was a boy I dreamed of a polyglot epistolary novel called Les StrassBourgeois, the name of a fictional motorcycle gang located in Strasbourg, based on a club I knew in Saint Etienne. (It was the time of Kim Carnes' Bette Davis Eyes.) That's why I went to Alsace. That's why I learned alsacien. I favored the epistolary novel because I loved the technique of shifting focus achieved effortlessly by the changing kaleidoscope of narrators, each with his own voice in his own language(s). The Sinking of the Odradek Stadium by Harry Mathews & Les Liaisons Dangereuses by Choderlos de Laclos were my models. However, my personal qualities & defaults also guided, and further narrowed, my choice. I could never write in a vacuum, so I've always had to find pen pals. Moreover, I've never wanted nor been able to write fiction, so I opted for the non-fiction novel. I wrote one with a gf, my endless letters to her, and the letters she wrote to me, but never sent. She gave them to me when she left me. I was going to publish it, if I could, but I lost it on the way back to America. But I found e-mail, which I instantly recognized as the answer to all of my artistic woes. I also found all of you, my friends, in that eventful literary spring of 1996. However, at the end of 2009 my model evolved into those first dizzying, multimedia web pages, A Klezmer Christmas, Robert Burns @ Bauzon Cross, Winter Baroque, Nocturnes - Whistling Bolero. I also gradually got over my phobia about writing in a vacuum. I can now simply write to myself, but out of cherished habit I keep the format of e-mail, and because the database of Eudora is such a search-friendly tool, and I like the ease of saving, and the slightly attenuated real time writing. Flaubert I am not. I have now, at the age of fifty, accomplished my dream of the age of twenty. I have taken JD Salinger's advice to heart:

"If only you'd remember before ever you sit down to write that you've been a reader long before you were ever a writer. You simply fix that fact in your mind, then sit very still and ask yourself, as a reader, what piece of writing in all the world Buddy Glass would most want to read if he had his heart's choice. The next step is terrible, but so simple I can hardly believe it as I write it. You just sit down shamelessly and write the thing yourself."

(I can't believe he really wrote "you've been", where the sequence of tenses clearly calls for "had been", or at least "were".) I have created exactly the kind of art I wish to see, the perfect means of self-expression for my mind. I don't know or care what anyone else thinks of it, be it high art, low art, pornography, or confessional. I know that no matter what else happens, I can create ten to thirty Gesamtkunstwerke per year. This is what I was born to do, that and educate my beloved daughter Rose, but this will have to wait until next year. No one could have predicted that this bawdy collage of poetry, song, & photography would also take a political turn, as my life has staggered into a tsunami of family violence & judicial misbehavior. As you may have gathered, I'm going on trial in criminal court for the felony sexual assault (of a non-incestuous nature) of my then-four-year-old daughter (now seven) on Thursday 7 November at the Courthouse of Privas (Ardeche, France) at 13:30. This morning I printed out 47 pages in color, naked pics, police complaints, e-mails, screengrabs of Facebook, a raucous & crazy shitstorm of evidence that covers only the lurid events of February 2013 to now, the rest having already been detailed in our two-thousand page file that contains not one page incriminating me in the slightest. Next weekend I'll print three copies of the eighteen-page document I've prepared in my defense. The trial causes big problems for everyone concerned, me & Rose who are innocent in the first place, Catherine Uccellatore who is guilty, the Prosecutor & Examining Magistrate who completely bungled this investigation, & the State itself, as our triumvirate of women's ministers, Justice, Family, & Women's Rights, takes the position that false accusations of rape & incest do not exist, despite the fact that they are in fact fairly common occurrences. A political lynching is not out of the question. Wish me luck, motherfuckers!

Gustave Flaubert à Louis Bouilhet, Le Caire,
                  1 décembre 1849

Gustave Flaubert

à Louis Bouilhet

Le Caire, 1 décembre 1849

Commentaires

On ne peut pas vraiment écrire mieux que cela : « Ces cons rasés font un drôle d’effet. » Le rythme de la phrase est parfaitement symétrique, entre « cons rasés » & « drôle d’effet ».

Avant-hier nous fûmes chez une femme qui nous en fit baiser deux autres. L’appartement délabré et percé à tous les vents était éclairé par une veilleuse, on voyait un palmier par la fenêtre sans carreaux, et les deux femmes turques avaient des vêtements de soie brochés d’or. C’est ici qu’on s’entend en contrastes, des choses splendides reluisent dans la poussière. J’ai baisé sur une natte d’où s’est déplacée une nichée de chats. Étrange coït que ceux où l’on se regarde sans pouvoir parler: le regard est doublé par la curiosité et l’ébahissement. J’ai peu joui du reste, ayant la tête par trop excitée. Ces cons rasés font un drôle d’effet. Elles avaient du reste des chairs dur[e]s comme du bronze, et la mienne possédait un admirable fessier.

Regardez, s’il vous plaît, le maître de la concordance des temps: passé simple (fûmes), passé simple (fit), imparfait (était), imparfait (voyait), imparfait (avaient), présent (est), présent (s’entend), présent (reluisent), passé composé (ai baisé), passé composé (s’est déplacée), présent (se regarde), présent (est), passé composé (ai joui), présent (font), imparfait (avaient), imparfait (possédait). Le paragraphe sinue comme une camera sur dolly depuis l’introduction au gros plan (passé simple) à l’état des lieux (imparfait), à la réflexion philosophique (présent), à la narration à la première personne du singulier (passé composé), hésite entre ces deux dernières, avant de s’achever sur une description physique des actrices du drame (imparfait). La focalisation passe imperceptiblement de l’externe vers l’interne, du général vers le particulier, le tout par une manipulation habile des temps du verbe. Et qu’est-ce que cela veut dire: «peu jouir»? Peu d’orgasmes? Manque d’intensité? Paucité d’éjaculat? C’est une expression qui fait rêver. Mon ami Gus a vingt-sept ans. Il n’a pas encore écrit Madame Bovary (1857). Il prend son élan.

De: SAGReiss

Date: 21 octobre 2013

Objet: Direct Justice

L'huissier (Je vais chez le monsieur, bien sur.) a ete content de mon dossier, qu'il a rapidement parcouru avec discernement. Il m'a dit qu'il n'y a pas de probleme. Une enquete sera menee, j'aurai acces aux PVs des auditions, & nos dames seront bien convoquees au Tribunal correctionnel moyennant sept ans. J'etais chez Franck a 10h30, et heureusement. Il etait dans une rage a peine contenue, ayant completement perdu son divorce, preside par le Juge aux Affaires Familiales Ralph Freyermuth l'ami de mon amie Marie G. Il voulait aller deposer plainte contre le Juge aux Affaires Familiales et le Procureurs de Privas & Limoges: "D'accord, Franck. D'abord on passe chez le JAF, et apres tu mets le feu." On s'est arrete a Aubenas pour retirer la decision de Fanck chez le Juge des Tutelles, car mon ami est desormais sous la tutelle de l'Etat. On s'est arrete a Privas pour une legere collation vietnamienne, puis on arrive au Tribunal. Il n'y avait pas de flics a nous attendre pour une fois, car l'on est l'un & l'autre personna non grata atu TGI. Devant le Tribunal le Juge de l'Application des Peines s'arrete pour saluer Franck, qui est soumis a des controles de mise a l'epreuve auxquels il refuse de se soumettre. Franck lui a dit qu'il venait porter plainte contre tous les magistrats. Elle n'a pas apprecie. Elle lui a demande de passer la voir apres les evenements. J'ai dit: "Si l'on est toujours en liberte." Devant la securite Senechal nous a croise: "Bonjour, Monsieur le Procureur." Il a reussi a murmurer un bonjour, mais pas a articuler un sourire. La ou l'on attendait la convocation, Franck part aux chiottes. Ecoute, les gardes du corps, on ne va pas chier au Tribunal au moment meme ou le danger s'approche. (Au moins Obelix, mon garde du corps du 9 juin, a chie a la Mairie du 11eme a Paris pendant que je consultais sans danger mon avocat d'alors.) Et justement je suis convoque a ce moment-la. Je suis oblige donc de prendre son dossier et blouson, ainsi que les miens. Je regarde a droite et a gauche a chaque tournant du couloir. Un avocat m'incitait a avancer: "Non. J'ai peur de ma femme. Je guette avant d'avancer. Je veux d'abord savoir ou elle est." Je passe ma tete par la porte: "Oh, elle est pas la? Ca va alors." Pas de probleme, j'obtiens un renvoi sans heurt, comme prevu. Ensuite Franck essaie de porter plainte, mais ca ne marche pas, donc on repart chez le Juge de l'Application des Peines. Il passe un quart d'heure dans son cabinet, puis il ressort en me disant qu'il avait declare la guerre contre la Justice: "Je prends les armes contre tout le monde qui se met entre mes fils & moi. Pour m'arreter, il faut me tirer dessus. Elle a tout note. Ca part dans son rapport au Proc & au JAF." "T'as bien fait. On va boire un coup?"

Still Life by SAGReiss
Franck Payen par
              SAGReiss
Atteinte à la
        Vie Privée par SAGReiss
Catherine Uccellatore par SAGReiss

2006_07_16_01.jpg

Catherine Uccellatore par SAGReiss Catherine Uccellatore par SAGReiss Catherine Uccellatore par SAGReiss Catherine Uccellatore par SAGReiss





Catherine Uccellatore par SAGReiss Catherine Uccellatore par SAGReiss Catherine Uccellatore par SAGReiss Catherine Uccellatore par SAGReiss Catherine Uccellatore par SAGReiss

De: SAGReiss

Date: 20 octobre 2013

Objet: Spyder RT & article 226

Maitre Metzker,

RAS. Ce matin (dimanche) je me suis deplace de vingt-cinq kilometres depuis Les Vans (Tiens, rue de la Chemise, dixit la Convocation. Ils me font trop marrer les flics.) a la Gendarmerie de Largentiere sous une pluie diluvienne, et les flics se sont deplaces de dix kilometres sous cette meme pluie, alors qu'ils se trouvaient sur mon chemin a la Brigade de Joyeuse, afin d'etre entendu en audition libre au sujet de la enieme plainte deposee a mon encontre par Mme Uccellatore pour 226-1, 226-2, 226-31 du code penal: "Est puni d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende le fait, au moyen d'un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l'intimité de la vie privée d'autrui: 1° En captant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur, des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel; 2° En fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l'image d'une personne se trouvant dans un lieu privé. Lorsque les actes mentionnés au présent article ont été accomplis au vu et au su des intéressés sans qu'ils s'y soient opposés, alors qu'ils étaient en mesure de le faire, le consentement de ceux-ci est présumé." J'aime bien la derniere phrase, "consentement presume". Pendant que je les attendais, j'admirais le joli tricycle (ci-joint) d'un des gendarmes ce qui m'a vallu une observation somme tout assez polie. Je m'entends bien avec les flics. Ils connaissent Mme Uccellatore & sa fille Deborah. J'ai rien dit, ni n'ai signe l'audition, comme d'habitude. J'ai simplement fait remarquer par la suite que la "photographie" sur Facebook est en fait une peinture (ci-jointe), ce qui rend l'illegalite de sa publication beaucoup plus douteuse, et c'est pourquoi Facebook ne l'a pas supprimee, situation que le flic a fini par resumer d'une jolie phrase: "C'est la photo d'une peinture d'apres une photo." Il a telephone au Proc, une dame, donc je ne la connais pas, qui m'a invite a comparaitre au TGI de Privas jeudi le 7 novembre a 13h00, alors que le Tribunal est ferme et j'y suis deja convoque a 13h30. Peu importe. J'irai un peu a l'avance constater que la porte est encore fermee et qu'ils sont en train de manger. Je pense que c'est plutot un bon signe. C'est encore une plainte bidon, encore un chef d'accusation dont le dossier est vide, mais ca risque de permettre a Senechal et au President de me coller une petite condamnation symbolique (& injustifiee) afin de sauver un peu les meubles et de ne pas avoir l'air d'avoir perdu trois ans d'Instruction pour litteralement rien, par exemple cent heures de travaux d'interet general a corriger l'orthographe des decisions du JAF. Je vais protester qu'il s'agit de "cruel & unusual punishment", mais j'ignore si c'est interdit ca en France. Je m'occupe de l'autre probleme des que c'est materiellement possible. (Il est pour l'instant 05:58:05 a New York.) Ne nous fachons surtout pas!

Merci, Maitre, de votre assistance a ma famille.

Scott, pere de Rose

Spyder RT Rose by SAGReiss
Catherine Uccellatore par Mike

19 octobre 2013: décidément les choses s’enveniment.

Message Téléphonique de la Gendarmerie Nationale

à demain, boyz!

From: April Reiss

Date: 18 October 2013

Subject: Re: Rose?

Yes

Sent from my iPhone

On Oct 18, 2013, at 2:56 AM, SAGReiss wrote:

Could this be Rose? Deborah at left. Lucie in the middle. At right, is that her?

I haven’t seen my beloved daughter for so long, not one photograph in three years, that I’m not even sure I can still recognize her.

De: SAGReiss

Date: 17 octobre 2013

Objet: J -21

J -21 Je n'y avais pas pense, mais pour l'instant il n'y a pas de renvois chez le JAF le 21 octobre, donc lundi je vais chez l'huissier le matin pour la citation directe pour incitation publique a la haine raciale et violences familiales & a caractere raciste et l'apres-midi je passe chez le JAF. Ce ne sont que les preliminaires pour le correctionnel jeudi le 7 novembre.

Du neuf, et notamment ceci d'interessant sur les peines encourues: "Article 222-13 du Code pénal prévoit également que : « Les peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende lorsqu’elle [l’infraction] est commise dans trois de ces circonstances. » C’est le cas actuel, car ce sont bien des violences familiales (4° ter) avec usage d’une arme (10°) et à caractère raciste (5° bis)."

7 ans & cent mille euros? Ce sont les tarifs, Mesdames. Vous vous etes bien amusees? Maintenant c'est la douleureuse.

De: SAGReiss

Date: 16 octobre 2013

Objet: Enjoy!

Comme je joue fairplay, j'anticipe deja sur ce qui va se passer lundi prochain le 21 octobre 2013, une citation directe par voie d'huissier contre Mme Catherine Uccellatore & sa fille ainee (pas la mienne) pour incitation publique a la haine raciale et violences familiales & a caractere raciste. Enjoy!

Tornado Gaz Poivre

Les textes en vigueur au 7 avril 2013:

Code de la Défense: Article L2331-1

Les matériels de guerre, armes et munitions et éléments désignés par les dispositions du présent titre et relatives au régime des matériels de guerre, armes et munitions sont classés dans les catégories ci- après : 6e catégorie : armes blanches.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=3E7972F4454736C7F9B628084DA8C6B1.tpdjo15v_3?idArticle=LEGIARTI000024243853&cidTexte=LEGITEXT000006071307&categorieLien=id&dateTexte=20130905

Décret n° 95-589 du 6 mai 1995 relatif à l’application du décret du 18 avril 1939 fixant le régime des matériels de guerre, armes et munitions

6e catégorie. Armes blanches:

Paragraphe 2. - Générateurs d’aérosols incapacitants ou lacrymogènes classés dans cette catégorie par arrêté conjoint des ministres de la défense et de l'intérieur et des ministres chargés de l’industrie et des douanes.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=3E7972F4454736C7F9B628084DA8C6B1.tpdjo15v_3?cidTexte=JORFTEXT000000736335&categorieLien=id

Citation Directe par
        SAGReissCitation
        Directe par SAGReiss

Catherine Uccellatore - Antisémite

Unique Solution

Unique Solution

Problème des Juifs

Problème des Juifs

Violences Familiales & à Caractère RacisteViolences Familiales & à
        Caractère Raciste

Catherine Uccellatore - Antisémite

Lobby & Pantin

Lobby & Pantin

Politique Antirépublicaine

Politique Antirépublicaine

Incitation
        Publique à la Haine RacialeIncitation Publique à la Haine Raciale

Catherine Uccellatore - Antisémite

Jésus Christ par Catherine Uccellatore

Jésus Christ par Catherine Uccellatore

Adolf Hitler par Catherine Uccellatore

Adolf Hitler par Catherine Uccellatore

SAGReiss