Cantillizer ש֕ - Cantillation

Distributional Analysis of Cantillation Marks

Author: Scott Alexander Gabriel Reiss

Résumé en langue française

Teach me good judgment and knowledge: for I have believed thy commandments.

Psalms 119:66

Psalms 119:66

Any interpretation that gainsays the accents must be neither besought nor heeded.

Abraham ibn Ezra (1140 CE)

Abraham ibn
              Ezra (1140 CE)
Cantillizer

The thousand-year-old cantillation marks that punctuate the much older linguistic text of the Hebrew Bible are traditionally deemed to serve three overlapping purposes, musical, rhetorical (oratorical), and hermeneutic (exegetical). The goal of the Cantillizer software application project is to process cantillation data from the Leningrad Codex for the purpose of studying the linear and the hierarchical order (or environment) in which the signs occur in order to derive the logical rules that govern them. The database will hold all cantillation information by book, chapter, and verse, allowing queries to provide display and statistical analysis that show the patterns or structure of the signs. Read a general and theoretical history of the interpretation of cantillation marks or skip to the technical specifications and blueprint for the implementation and output of Cantillizer.

History & Theory

Implementation

Output

Signs & Abbreviations

Cantillation Keyboard

Cantillation marks belong to a complex system of punctuation or textual annotation (the dots, lines, and curves written above, below, within, and between Hebrew letters) that convey an enormous amount of information with breathtaking economy of means, as pertains to the following:

• Homographs & phonetic shifts

• Vowels

• Syntactic relationships

• Metrical units

• Tonic accent, intonation & pauses

• Melody, modulation & rhythm

Psalms
                89:48

1. , generally a consonant, sometimes a vowel, semi-consonant, or mater lectionis, lexical marker, written 1200-200 BCE.

2. Diacritic, shin dot, superlinear prepositive, distinguished from sin dot, superlinear postpositive, written 500-1000 CE.

3. Diacritic, dagesh, intraliteral, distinguished from the rare rafe, superlinear positive, & null grapheme, or mappik, homograph of dagesh, transmitting diverse phonetic & etymological information.

4. Vowel, generally in sublinear positive position, grammatical marker.

5. Cantillation, generally on tonic syllable, sublinear prepositive & positive & superlinear prepositive, positive & postpositive.

6. Punctuation, interliteral, makef (word joiner), pasek (emphatic word separator), sof pasuk (verse separator).

Song of Songs
          2:7

Color Key:
fig תאנה cantillation marks
sapphire ספיר vowels
olive זית dagesh (diacritical marks)
saffron כרכם background
pomegranate רמון punctuation marks
rose חבצלת shin/sin dot (diacritical marks)

Song
        of Songs 2:7

Color Key:
Emperor
King
Duke
Earl
Footman

Résumé en langue française

Les signes (ou marques) de cantillation, un sur chaque mot (dans le sens où l’entendaient les rabbins du haut moyen-âge) de la Bible, se distinguent d’abord en deux types, conjonctifs (ou «valets»), qui marquent une union grammaticale, et disjonctifs (ou «maîtres»), qui marquent une division, une pause grammaticale. Les conjonctifs (en jaune sur le diagramme ci-dessus), dont il ne serait pas beaucoup question dans ce court résumé, ne rentrent pas dans le jeu hiérarchique, sauf dans la mesure où ils sont tous au même niveau, inférieur à celui des disjonctifs. Les disjonctifs tombent en quatre catégories, les comtes (en vert), les ducs (en rouge), les rois (en bleu), et les empereurs (en magenta). Deux règles fondamentales gouvernent leur agencement:

1. Un comte ne précède pas directement (sans tenir compte des conjonctifs) un roi ou un empereur.

2. Un duc ne précède pas directement (sans tenir compte des conjonctifs) un empereur.

Les signes sont apposés au verset par une méthode de bissection récursive, à savoir que les deux empereurs marquent la césure, la pause la plus importante du verset (sauf vers monostiches), et sa fin. Le premier roi de chaque hémistiche marque la pause la plus importante de celui-ci; les rois peuvent se succéder, mais celui qui précède est toujours supérieur à celui qui suit. On continue ainsi avec les ducs et les comtes, les mots censés ne pas précéder une pause étant annotés d’un valet, l’identité duquel est déterminée par le maître suivant, et dans un ordre déterminé quand plusieurs valets se succèdent.

Or confusion et controverses entourent les signes de cantillation depuis leur conception, achevée vers l’an mille de l’ère commun. On a mis à peu près cinq siècles pour élaborer cette hiérarchie. En revanche, on a longtemps ressenti des exceptions, des promotions et des rétrogradations de certains maîtres les uns par rapport aux autres, un duc (notamment révia) qui semble marquer une pause plus importante que celui du roi (tifkha) qui suit étant le cas le plus fréquent. Pendant les cinq siècles suivants, on a progressivement infirmé cette hypothèse, jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle et au vingtième siècle où les érudits ont conclu qu’elle était un pur fantasme. Ce paragraphe d’un grand charme ironique en témoigne:

Mais l’esprit inquiet et remuant de ces docteurs [rabbins], courbés sans trêve sur le texte sacré, divisait et subdivisait les mots de chaque verset; on épiait les moindres nuances, on notait non-seulement [sic] les séparations, mais aussi les liaisons, et malgré la règle, «qu’un prince ne devrait pas descendre au grade du serviteur, ni celui-ci s’élever au rang du seigneur.» il s’établissait une véritable hiérarchie, un système féodal d’accents assez burlesque, et qui a distrait quelques savants subtils des XVe, XVIe et XVIIe siècles. Sur cette échelle, la petite noblesse se confondait avec les laquais, et des accents comme le talschâh maintenaient déjà difficilement leur rang de maître. Pendant la création continue de nouveaux dignitaires, le petit trait, droit ou courbé, mis en haut ou en bas, tourné à droite ou à gauche, devenait l’insigne des nouveaux grades. Enfin les dénominations affluaient et s’accrurent, soit qu’on procédât à de nouvelles distinctions encore, soit que les naķdânim [ponctuateurs] inventassent pour les mêmes accents d’autres noms et qu’on recherchait après coup pour ces derniers venus des emplois jusque-là inconnus.

Joseph Derenbourg, Manuel du lecteur (1870)

L’auteur du présent ouvrage a découvert la solution de cet énigme le plus simplement du monde, en créant les diagrammes comme celui de la Cantique 2:7. L’on peut y voir et mesurer la rétrogradation d’un niveau du premier (de droite à gauche) tifkha, de son rang titulaire de roi, qui précède directement l’empereur atnakh, à son rôle fonctionnel de duc dans cet hémistiche. Dans ce verset, le premier tifkha équivaut aux ducs pashta et tévir, tandis que le second maintient sa position nominale de roi, équivalent au roi petit zakef du premier hémistiche. Aucun signe n’est jamais promu, seulement déchu.

Cette solution, l’auteur l’a trouvée, alors que de grands esprits la cherchent depuis mille ans, grâce à la confluence d’un certain nombre de circonstances fortuites qui ont favorisé ses recherches: