Bibliography & Quotations

SAGReiss

“Lasciate ogni speranza, voi ch’entrate.” Dante Alighieri, La Divina Commedia (1321)

Hervey AllenA. J. AyerRoland BarthesT.S. EliotGustave FlaubertSigmund FreudSøren Kierkegaard

Jacques LacanMalcolm LowryHenry Miller NovalisEdgar Allan PoeJean RacineWilliam ShakespeareSophocles

Quotations mostly in EnglishSix citations en françaisZwei Zitate auf Deutsch

Arthur Crew Inman

Arthur
                  Inman, The Inman Diary (1985)

“I hate the Jews, the English, Roosevelt, life, myself.”

Arthur Crew Inman (1895-1963), a southern gentleman from a moneyed family, withdrew from normal life after a nervous breakdown in his early manhood. With necessities seen to by his wife and staff, he concentrated on his Diary (1985), which had grown to more than 17 million words by the time of his suicide. He recorded not only striking descriptions of contemporary Georgia and New England, but a wild assortment of bigotries and fantasies. He kept in touch with the outside world by reading and through “talkers” paid to discuss their lives in his darkened sickroom. (Women were remunerated for considerably more than talking.) Their stories, too, became part of the diary, abridged here to 1,600 pages of Inman’s peculiar mind and habits. An unusual mix of social history and case study.

Harry Mathews

Harry Mathews, Tlooth (1966)

“After hicking each lipple i grucked it nard, and Kella would soan and rub back against my stock, while battering like a second gainman ashout how she wanted it  in her slouth abase.”

Traduit en français par Georges Perec (1936-1982) sous le titre des Verts Champs de Moûtarde de l’Afghanistan (1974).

Tlooth (1966) by Harry Mathews (born 1930), hailed by Gore Vidal as “Immor(t)al”, begins in a Russian prison camp at a baseball game featuring the Defective Baptists versus the Fideists. There is a plot (of sorts), one of revenge surrounding a doctor who, in removing a bone spur from the somewhat dyslexic narrator, manages to amputate a ring and index finger, a significant surgical error considering that the patient was a concert violinist, who has since turned to dentistry. When Dr. Roak is released from prison, the narrator escapes in order to follow in pursuit, and thus begins a digressive journey from Afghanistan to Venice, then on to India, Morocco, and France. All of this takes place amidst American ex-pat Harry Mathews’ obsession with language, games, puzzles, and arcana.

Harry Mathews

Harry Mathews, The Sinking of the Odradek Stadium
                  (1975)

“But whut do you dou with the signifiant? A road sign say, Miami 82 mile. What re-ality do this indicate? Miami? The distans be-tween the sing and the sity? The location of the sign? The semi-ottic (?) re-ality, the mmediate realita, posit a structsure...”

Traduit en français par Georges Perec sous le titre du Naufrage du Stade Odradek (1981).

Composed of a series of letters between a husband and wife, The Sinking of the Odradek Stadium (1975) by Harry Mathews is a brilliant comedy about love and longing, dashed hopes and frustrations, and trying to make connections. Newly wedded Zachary McCaltex (a librarian in Miami) and the English-challenged Twang Panattapam (originally from the Southeast-Asian country of Pan-Nam, but residing in Italy) try to trace the whereabouts of a treasure supposedly lost off the coast of Florida in the sixteenth century, while navigating a relationship separated by an ocean as well as their cultural differences. In the end, the postal service may be responsible for some of what gets lost (including Zachary’s sanity) along the way.

Henry Miller

Henry Miller, J’suis pas plus con qu’un autre
                  (1976)

“D’apropos, je crois qu’il y a peut-être une affinité entre Mark Twain et Courteline, et entre Pickwick Papers de Dickens et Bouvard et Pécuchet. Il y a une petite histoire là-dessus du temps de la boutique de tailleur de mon père. Il parait qu’un jour mon père, déja un peu ivre, avait rencontré un jeune homme au bar du Wolcott Hôtel en face de sa boutique.”

À l’âge de 85 ans Henry Miller (1891-1980) a redigé J’suis pas plus con qu’un autre (1976), un recueil de souvenirs, en langue française. Il faut préciser que l’homme de lettres américain n’a appris que l’allemand, l’anglais, et le latin dans son enfance. Au premier paragraphe l’auteur prévient le lecteur que le texte comporte de nombreux écarts de la norme: “Je me suis décidé d’écrire un petit bouquin en français. J’étais encouragé de le faire par Mlle Sylvie Crossman qui est en train d’écrire une thèse sur moi et mon œuvre. Elle est partie il y a quelques heures seulement. Nous étions d’accord que je devrais laisser mes fautes de grammaire, mes erreurs, ma mauvaise ponctuation et mes fautes d’orthographie.”

William Wickes

William Wickes, A Treatise on the Accentuation of
                  the Twenty-One So-Called Prose Books of the Old
                  Testament (1887)

“One marked peculiarity of the system could not, however, so long as the signs were accurately preserved, be lost. From the first the aim had been so to arrange the musical declamation, as to give suitable expression to the meaning of the Sacred Text.”

William Wickes (1817-1903), an English professor of mathematics who earned the gratitude of Hebrew scholars for his study of the cantillation of Psalms, Proverbs, and Job, has now completed his task. As was to be expected from his previous work, this Treatise on the Accentuation of the So-Called Prose Books of the Old Testament (1887) is at once so learned and so perspicuous as to furnish scholars a standard guide to biblical Hebrew cantillation. Originally intended as marks for synagogal chanting and song, the accents are of the highest importance for the exegesis of the Bible, since the signs were, among other things, a method of musical and syntactical notation to assist in bringing out the meaning of the text while reading it aloud. Wickes has also conducted an exhaustive survey of the literature on the subject.

De: SAGReiss

Date: 7 mars 2016

Objet: Re: Mme Lowry

Evidemment on peut tout verifier sur le 'net, le vrai comme le faux. Rien de ce texte n'a de sens, mais s'avere peut-etre. Mes commentaires entre les paragraphes:

The son of a pious and prosperous cotton broker in Liverpool, young Malcolm began getting into trouble early. Jeered at by his schoolmates for his undersized penis, he got in the habit of stopping off at Liverpool's Paradise Street Anatomical Museum, which carried a warning about venereal disease that was always to haunt him.

Soit. Peut-etre qu'il avait une petite bitte. Quel est le rapport avec les maladies sexuellement transmises?

His musical instrument was the ukulele, and he fancied himself a songwriter. Fascinated by the sea and by fire, he insisted at the age of 18 on sailing as a deckhand through the Red Sea and on to Shanghai and Yokohama, where his hostile crew mates got him drunk and took him to a brothel, sitting around to watch him perform. It is hardly a surprise to learn that he was rendered impotent--not quite what the young reader of Melville, Conrad, London and O'Neill had expected.

Le ukulele confirme l'epigraphe. Le feu & la mer confirme la vie. Je ne reponds pas du reste. Surtout, on peut rapprocher Herman Melville, Joseph Conrad & eventuellement Jack London, mais qu'est-ce que Eugene O'Neill a voir avec eux? Certes, il a ecrit The Iceman Commeth, la tragedie de l'alcool la plus veridique qui soit, mais ca n'a rien a voir avec les autres.

As a "boy with his nose always in a book," Lowry had begun at school to write. He was influenced by Henry James, Joyce, Faulkner and others, as well as by Elizabethan and Jacobean drama and the Cabbala, thus providing the layer upon layer that gives "Volcano" its special quality.

La Cabale? Peut-etre que je ne m'en souviens pas. C'est peu probable.

http://articles.latimes.com/1996-01-07/books/bk-21943_1_malcolm-lowry

Malcolm Lowry

De: SAGReiss

Date: 6 mars 2016

Objet: Mme Lowry

Je savais que des zones d'ombre planaient sur la mort de Malcolm Lowry a l'age de 47 ans, mais j'ignorais qu'il y avait une theorie coherente:

http://malcolmlowry.blogspot.fr/2011/04/foul-play-at-white-cottage.html

Margerie Bonner (Yvonne dans En-dessous du Volcan), comme Mme Uccellatore, a perdu son premier mari au suicide. Comme elle, Mme Lowry a trouve le cadavre (du second mari), apres une nuit de gin & de barbituriques qu'elle raconte differemment selon la personne a qui elle parle, police, famille, amis, qui la soupconnaient tous, et a travers le temps. Leur couple, comme le notre, suait l'alcool & tombait parfois dans la violence. La mort a ete eventuellement qualifiee d'accident plutot que suicide, ce qui a l'avatage de le laisser enterrer a l'eglise. Un autre auteur dit carrement: "he either committed suicide or was in fact murdered by his wife." Ils n'ont pas eu d'enfants, ce a quoi le Consul fait une allusion vulgaire:

"Where are the children I might have wanted? You may suppose I might have wanted them. Drowned. To the accompaniment of the rattling of a thousand douche bags."

J'ai aussi fameusement cite la rumeur qu'il avait une tres petite bitte, dont je ne sais strictement rien. Avant de mourir Lowry a apparemment compose l'epitaphe suivante:

"Here lies Malcolm Lowry, late of the Bowery, whose prose was flowery, and often glowery. He lived nightly, and drank daily, and died playing the ukulele."

On peut faire moins bien. Je vais essayer, pour vous amuser:

Ci-gît SAGReiss, né à Monticel[l]o, mort par Uccellatore. Sa prose fut ambre le matin, jaune l'après-midi, verte le soir, et rose toute la journée.  ותפארת בנים אבותם

--

Scott Alexander Gabriel REISS, father of / père de Rose

http://www.sagreiss.org

De: SAGReiss

Date: 4 juin 2015

Objet: Honorable Men

Monsieur Canau, Greffier Civil de Privas, Sweet Caroline, JAF de Privas, Ralph "Kennsch nitt Elsaesisch rede wie andere litt?" Freyermuth, JAF de Privas, et tous mes autres amis,

http://www.leparisien.fr/montpellier-34000/le-procureur-de-montpellier-denonce-le-manque-de-moyens-de-la-justice-16-01-2015-4452817.php

Monsieur le Procureur de Montpellier, que je n'ai pas encore eu l'honneur & le plaisir de rencontrer (Tiens, je vais le rajouter a cette liste pour feter son coup de gueule.), se plaint du manque de moyens de la Justice. Il n'y a pas de manque de moyens. Il y a une gestion du dix-neuvieme siecle des ressources du vingt-et-unieme. Je vous ai parle hier de ma convocation le 22 octobre. Cette assignation, qui traine depuis le 21 octobre 2013, avec maintes & moultes renvois, est parfaitement farfelue. Pourtant, je vais devoir me deplacer. Maitre Bouchet va devoir se deplacer. Le Tribunal va consacrer ne serait-ce que cinq minutes de son temps si precieux a deliberer d'un renvoi non-conteste & incontestable, puisque je suis convoque en correctionnel le meme jour & en meme temps. Je repete pour une audience qui ne devrait jamais avoir lieu. Je precise pourquoi:

- Rose & Mme Uccellatore n'habitent plus en France depuis decembre 2013 que par une fiction judiciaire, que vous appelez la verite judiciaire.

- Les visites mediatisees que Madame conteste n'ont jamais eu lieu & n'auront jamais lieu.

- L'autorite parentale qu'elle conteste egalement, vous pouvez la mettre vous savez ou. Ca me sert a quoi exactement cette pretendue autorite? Vous voyez bien les adresses belges ci-dessus? Ce sont des fonctionnaires de l'education nationale ou federale wallonne, qui ne repondent meme pas a mes demandes des bulletins scolaires de ma fille. Ils s'en foutent completement. Et moi aussi. Vous savez ce que vaut un bulletin de scolaire? Pas un crachat. J'ai une meilleure education que vous tous, et pourtant je n'ai aucun diplome. Mon education a commence avec mon pere, qui m'a raconte l'histoire de L'Illiade & de L'Odysee quand j'etais gamin. Un ete on etait au Forum de Rome. Mon pere a improvise une moquerie du monologue de Marc-Antoine: "Can I get some more ears here?"

Friends, Romans, countrymen, lend me your ears;
I come to bury Caesar, not to praise him.
The evil that men do lives after them;
The good is oft interred with their bones;
So let it be with Caesar. The noble Brutus
Hath told you Caesar was ambitious:
If it were so, it was a grievous fault,
And grievously hath Caesar answer’d it.
Here, under leave of Brutus and the rest--
For Brutus is an honourable man;
So are they all, all honourable men--
Come I to speak in Caesar’s funeral.

Je n'avais pas besoin de plus que ca. Le reste, je l'ai lu a la bibliotheque. Voila ce dont vous privez ma fille adoree, de son education. L'ecole ne vaut rien. C'est le deuxieme lieu d'alienation parentale apres la maison maternelle. Les ecoles sont a cramer. Non, ce n'est pas une menace de terrorisme, bordel de merdre, et arretez de me faire chier. Comme dit mon ami Mark Twain, dont on a aussi parle hier: "Je n'ai jamais laissé ma scolarité faire obstacle à mon éducation." You are all fucking honorable men, and fuck you. J'attends mon amie Rachel, bien connue de vos services. Elle a bien rigole quand je lui ai dit que Monsieur le Commandant m'avait dit qu'elle est mauvaise. Elle a pafaitement raison d'etre mauvaise, et moi aussi. La France a essaye de la tuer quand elle avait cinq ans, et je n'ai pas vu ma fille depuis quatre ans & demi, et vous pensez vraiment qu'on doit rester poli? On vous emmerdre. J'attends donc Rachel, qui veut imprimer quelques trucs chez moi. On va boire un Ricard, meme si elle prefere le Casanis. En fait, elle prefere l'arak de la Turquie. Elle m'a confirme qu'elle parle, en plus du francais & du yiddish, l'hebreu, le turc & l'espagnol. Tout le monde ne peut pas etre ignorant & juriste. Ave, Cesare. Nous vous saluons, nous qui allons mourir de vos conneries. Apres j'ai rendez-vous chercher de nouveaux stylos roses, mes chaussures noires en reparation, et mes shorts roses. Vous allez les voir a la tele la prochaine fois que je fais quelque chose d'illegal. Apres je crois que je vais boire un coup avec mes voisins. Vous etes toujours mon invite, Monsieur le Commandant.

Scott Reiss, pere de Rose

http://www.sagreiss.org

De: SAGReiss

Date: 3 juin 2015

Objet: Le Gavroche rose

Monsieur CARAU, Greffier Civil de Privas,

Je comprends qu'il s'agit de deux juridictions differentes, mais vous comprendrez si je suis un peu excede. J'ai six proces en cinq juridictions en deux pays en cours. La date & l'heure choisie pour mon affire (15/01250, Reiss c. Uccellatore) est exactement la meme que pour mon proces (PV 14513/00656/2015, Reiss c. France) en correctionnel (convocation ci-jointe). Il n'est pas raisonnable de me demander de me defendre en penal & en civil le meme jour. Il y a des limites a ce que je peux supporter. Je demande donc d'ores & deja un renvoi.

Scott Reiss, pere de Rose

Friends,

En allant chez le kine j'ai decouvert une boutique de chapelier (BCC ci-joint). Apres la seance j'ai commande deux gavroches faits sur mesure rose & bordeaux en taille 58 (photo ci-jointe). Comme d'habitude, si Mme Uccellatore ne m'envoie pas une photo d'elle en portant la casquette, je deduis les 70euros de ses deux prochains cheques de pension, que je paie volontairement sans la moindre obligation legale. Cherie, soit je vais te convaincre a retablir des relations humaines normales parmi nous tous les trois, soit ca va continuer avec les coups, les blagues, les plaintes, les assignations. C'est toi qui vois, mais la seule personne que tu punis c'est notre fille, et peut-etre toi-meme.

L'article commente hier commence par donner une liste des livres universels dans la monde anglophone:

- The Bible

- John Bunyan, The Pilgrim's Progress from This World to That Which Is to Come; Delivered under the Similitude of a Dream (1678)

- Daniel Defoe, Robinson Crusoe (1719)

- Johnathan Swift, Travels into Several Remote Nations of the World. In Four Parts. By Lemuel Gulliver, First a Surgeon, and then a Captain of Several Ships (1726)

- Charles Dickens, The Pickwick Papers (1836)

- Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wonderland (1865)

En Amerique on rajouterait:

- Mark Twain, Adventures of Huckleberry Finn (1884)

Mettons a part la Bible. Ce sont tous des livres pour enfants, ce qui est normal, car l'auteur de l'article parle vraisemblablement d'une modeste bibliotheque familiale.

Bunyan, dont je crains que l'allegorie ne soit passee de mode, helas, a passe douze ans en taule pour ses convictions religieuses non-conformistes, et ou il a ecrit la premiere version du roman. Une simple liste des lieux ou Christian, le hero du recit, passe vous donne une idee de l'atmosphere qui y regne: City of Destruction, Slough of Despond, Village of Morality, Hill Difficulty, Danger, Destruction, Valley of Humiliation, Valley of the Shadow of Death, Hill Lucre, the Pillar of Salt, Doubting Castle, the River of Death.

Dan Defoe et l'un des ecrivains les plus prolixes de la langue anglaise, & presque certainement le plus malhonnete.

Gulliver's Travels est un des livres les plus cruels de l'histoire. Swift, comme Dodgson un pasteur celibataire, haissait la race humaine.

J'ai feuillete Pickwick, mais c'est loin d'etre parmi les plus grands oeuvres du romancier, Oliver Twist (1839), A Christmas Carol (1843), David Copperfield (1850), Bleak House (1853), Hard Times (1854), A Tale of Two Cities (1859), Great Expectations (1861). Dickens est le seul homme a peu pres normal sur cette liste.

Alice au Pays des Merveilles on a vu hier.

Mark Twain (Samuel Longhorne Clemens) est un satiriste assez sauvage. Il preferait les chats aux hommes. Vers la fin il est vraiment devenu cynique, lorsque ses enfants commencaient a mourir avant lui.

Merci, Guillaume, pour les gavroches roses.

Scott, pere de Rose

SAGReiss par Guillaume

From: SAGReiss

Date: 20 May 2015

Subject: 24 hours

James Joyce wrote Ulysses in 24 hours. No, he didn't, but the chronology of his book covers 24 hours, or something like that, as Stephen & Leopold wander off into the prostrate dawn (Whitman). I don't like Ulysses. I find the polyphony brilliant but unmotivated, unlike (as I've so often said) The Sound & the Fury. But 24 hours is far too long. I could write 1,440 novels in 24 hours, with ease, and maybe more. An American philosopher (Yes, such a thing exists.) made a beautiful analogy. A computer is a serial processing machine (one that performs one task at a time) that gives the user the impression of being a parallel processor (one that does several things at once). The human mind & body are exactly the opposite, a parellel processor that gives us the impression of being a serial processor, for consciousness, the narrative of my life as it happens in my mind, must of necessity be linear, which life is obviously not. My body does a million things at once. My mind cannot grapple with all of that information, so it just ignores almost everything and concentrates on one particular task. The greatest human mind I have ever met (Nichelle Crocker who now works as a bicycle taxi driver in Phoenix) thought the same thing of me that Truman Capote said of his friend Tennessee Williams: "Watching him concentrate is the most terrifying sight of the twentieth century." In the twenty-first century it's only gotten worse, as you may have noticed, if you're paying attention. I said to my father, as we were discussing my mother's walk of 200 kilometers in ten days: "There is nothing on Earth that can stop her." Short of physical violence, there is nothing on Earth that you can do to stop me. If I am unlucky enough to live until the age of seventy (and I tried to off myself with an overdose of Chartreuse verte yesterday evening, but failed), I will have written more than two million words, and that's only counting the stuff I deem worthy of publication, for, as Nichelle knows well, I can turn a shopping list into poetry. To put it another way, in the words of a man who thought he was prematurely dying:

And when Thou hast done,
Thou hast not done,
For I have more.

Now I know that you are an ignorant lot, so I shall have to explain those beautiful words to you. John Donne, a dean of the church, was talking to G*d, which is why the "Thou" is capitalized. He means: "When you have finished pardonning me, you will not have finished, for I have more sins to commit." But you get the joke, I should hope. His name was f---ing Donne.

De: SAGReiss

Date: 5 mai 2015

Objet: The Murderess Abigail

Jacques,

Il y a beaucoup de meurtres dans la Bible. (J'ai deja commente [en anglais] le viol incestueux de Tamar, fille de David.) Je ne parlerai pas de Cain & Abel, mais d'un meurtre beaucoup plus subtil, beaucoup plus a ton gout, si je ne m'abuse. Tu te souviens peut-etre d'Abigail, une des femmes du futur roi:

1 Samuel 25:36 Abigaïl ensuite vint à Nabal; et elle trouva qu’il faisait dans sa maison un festin de roi. Son cœur nageait dans la joie; car il avait tant bu qu’il était tout ivre. Abigaïl ne lui parla de rien jusqu’au matin.

37 Mais le lendemain, lorsqu’il eut un peu dissipé les vapeurs du vin, sa femme lui rapporta tout ce qui s’était passé; et son cœur fut comme frappé de mort en lui-même, et demeura insensible comme une pierre.

38 Dix jours s’étant passés, le Seigneur frappa Nabal, et il mourut.

Quel beau passage. Je donne le contexte aux magistrats illetres. David est un hors-la-loi errant a travers le desert. Il fuit le roi Saul, son beau-pere. Il terrorise la populace pour se nourir, lui & ses hommes. Je ne me souviens pas si les femmes sont avec eux. Arrive a Carmel, pres de Haifa, il demande a manger & boire chez un riche. La femme du riche, Abigail, comprend la situation. C'est donner volontairement ou involontairement. Son mari est radin. Elle apporte un festin a son insu. Notre texte commence des son retour a la maison. Vous croyez que les prophets ne connaissaient pas la saoulographie? Ils savaient meme les diverses strategies des bonnes femmes pour gerer leurs maris ivres. Catherine, par exemple, en rentrant a la maison quand je suis saoul, si jamais elle ne l'est pas encore, se saoule avec moi, quitte a me frapper ou a se faire sauter le cas echeant, voire les deux. Abigail peut apostropher Nabal, mais la il risque de se facher avec elle et la frapper. Elle prefere attendre qu'il soit dans un etat de faiblesse, la gueule de bois. Le lendemain matin donc elle lui donne la peur de sa vie, en lui decrivant la bande de maraudeurs campee dehors, et il en meurt. Les prophets impliquent D*eu dans cette mort, mais ils impliquent D*eu dans tout. Il s'agit bel & bien d'un mariticide, et Abigail ne tarde pas a devenir la troisieme ou quatrieme epouse de David. Ce matin j'ai eu une autre revelation. Vous vous souvenez de la phrase: "Pourquoi tant d'acharnement?" Je vous ai deja dit que les Juifs sont toujours en train de demander pourquoi. Mais je cite une phrase de mon memoire, ecrite & publiee le weekend du 31 janvier, longtemps avant que je ne recontre M. Metzker, pere: "Qu’est-ce qui justifie un tel acharnement?" (paragraphe 3.5) Les mots jouent entre eux, sans que je ne sois oblige de les manipuler. La poesie se fait toute seule. Je n'ai que l'oreille pour l'entendre. Je vous rappelle ce texte:

Cette pauvreté de moyens conduit tout système numérique à la répétition, rythme, thème & variation, et sérialisme en musique, homonymie, synonymie, et polysémie dans le langage, mètre, rime, et allitération en vers. La poésie est une propriété inhérente du langage.

http://www.sagreiss.org/cybersexe.htm#alliteration

Bon, je vais vous ecrire une autre lettre tout de suite. Il faut suivre l'inspiration.

Scott, pere de Rose

Abigail, une amie de mon enfance

Abigail

De: SAGReiss

Date: 3 mai 2015

Objet: Les interdits que les citoyens aiment transgresser

Jacques Dallest, Procureur General de Chambery,

"Monsieur Reiss," je vous entends, Jacques, ou peut-etre "Petit con, comment cela se fait que tu es condamne deux fois, quatre meme, si personne ne croit que tu es coupable?" Je vais vous expliquer ca. Je ne suis qu'a la page 15 de votre livre Mes Homicides, et le texte commence seulement a la page 9. J'ai les yeux foutus, la duree de l'attention foutue, le prostate foutu, et le con de chat vient de pisser sur mon lit encore une fois (noch e mol, comme on dit en alsacien). Franchement, je commence a avoir des doutes. J'aime la reference a "Terrible" Tom Hobbes (page 10), le grand philosophe de la bourgeoisie, dixit mon amie Hannah Arendt, trop peu connu en Europe. Dans la belle phrase: "Il edicte des interdits que les citoyens aiment transgresser," (11) tu prends l'effet pour la cause ou, si tu preferes, tu mets la charrue avant les boeufs. C'est le livre de mes ancetres Levitique, en grande partie, qui interdit, ou impose, les 613 commandements. (Oui, il n'y en a pas que 10 chez nous.) Si l'on interdit, par exemple, la pratique de baiser les chiens (18:23 & 20:15-16), par allusion a mon ex-belle-fille Deborah Vaillant, fille de Catherine Uccellatore, c'est que quelqu'un le faisait, ou du moins que les pretres craignaient que quelqu'un ne le fasse. Ce n'est pas parce que c'est interdit que Deborah aime le faire. C'est parce que c'est une saloppe comme sa putain de mere. Floryane, t'as vu ca: "les liberte individuelles" (12). Il aurait mieux vallu payer quelqu'un pour corriger ton tapuscrit, ou m'envoyer deux semaines en detox. Sobre pendant deux semaines, j'aurais eu le temps de le lire trois fois, et il n'y aurait eu plus d'erreurs. Page 13: "j'ai pratique a ma place de juge d'instruction des personnages." Pratiquer des personnages? les frequenter, les cotoyer, les rencontrer, mais les pratiquer? De facon general, et il faut admettre que je lis dans mon sommeil ethylique, donc sous toutes reserves, comme disent les avocats, il me semble que tu (ou Simone) perds un peu le file. Je ne vois pas vraiment de transitions entre les paragraphes, et tu sautes un peu du coq a l'ane. J'essaie de te trouver un exemple. Non, je ne trouve pas d'exemple flagrant. C'etait peut-etre juste un cauchemar. A surveiller. Pourquoi, donc, suis-je condamne quatre fois (deux dossiers)? Le Juge Huyette & toi, et je viens de rajouter Michel a notre liste, jouez un jeu interessant. Vous faites semblant de critiquer l'institution de la Justice, tout en y touchant votre paie. C'est pas facile. Moi j'ai le droit de vous envoyer chier tous, mais vous non. Vous ne pouvez pas ecrire un Mea Culpa. Vous etes obliges d'ecrire une Apologia. Il ne faut jamais voir de la maveillance la ou l'incompetence &/ou l'indifference suffisent a expliquer le phenomene. De facon generale, la Justice est incompetente & indifferente. Or, il s'agit d'une institution humaine. Les hommes se fachent. Sinon ils ne s'entretueraient pas. La Justice francaise est fachee contre moi & toute ma famille. Mon ami Dominique Senechal (CC ci-dessus) est personnellement, je dirais meme physiquement, fache contre moi. Quand il me voit a Privas, il change de trottoir afin de ne pas entendre ma salutation respectueuse: "Bonjour, Monsieur le Procureur," car je ne l'agresse que par ecrit. Je suis un homme de lettres issu du peuple du Livre. La derniere fois que j'ai essaye d'assister a l'audience d'un ami, Cyril (CC ci-dessus), celui qui a tabasse mon ami Pascal Terrasse (CC ci-dessus), il m'a personnellement foutu dehors. D'habitude il m'envoie les flics. La c'etait: "Monsieur Reiss, vous venez avec moi?" Quand je lui ai objecte que c'est une audience publique, il m'a repondu: "Je ne veux pas de compte rendu." C'est parfaitement illegal. Et vous me parlez de Justice? La Loi, c'est bon pour moi, mais pourquoi lui il n'y est pas assujetti? Soit. La Justice (sauf Ghani Bouguerra [CC ci-dessus], le President du TGI de Privas, mais je pense que c'est parce qu'il est arabe, donc tous les autres le detestent, donc il se venge par procreation a travers moi, car il met souvent une cravatte rose, et il s'arrete toujours me dire bonjour & me serrer la main avec un beau sourire) est fachee contre moi. Je suis deja grille a la Cour de Cassation (CC ci-dessus). Frappez fort, Messieurs Dames, car moi je vais vous massacrer a la Cour Europeenne des Droits de l'Homme.

Scott Reiss, pere de Rose

http://www.sagreiss.org

De: SAGReiss

Date: 2 mai 2015

Objet: De Quincey, Capote, Mailer & Lacan

Il est 11h11 & je bois un Ricard. J'ai ecrit mes cheques, mais comme on vient de me livrer votre tres beau (physiquement) livre, j'ai decide de faire mes impots une autre fois. Je voulais vous livrer mes premieres impressions. J'ai deja commence a ecrire des notes sur les pages, en encre rose bien sur. Je me sacrifie, car pour une fois il y a un concert dans le village pendant le jour. Non, c'est une blague. Je ne me sacrifie pas du tout, car notre ex-maire Bruno m'a fait un cadeau. Il a fait restaurer le Lavoir & fait construire un theatre de bois en plein air a cinquante metres de chez moi. Il suffit d'ouvrir la fenetre pour ecouter la musique, big band aujourd'hui. Le livre est gros. Si je le mets aux chiottes, il va me falloir un an pour le lire. Je crois plutot le mettre sous mon oreiller, car j'ai pris l'habitude il y a tres longtemps de dormir la lumiere allumee, car je me reveille la nuit pour lire. J'ai explique au Juge d'Instruction que le "souvenir" de Rose en train de dormir avec moi dans le noir est donc impossible. Sa mere ne savait pas que je dors la lumiere allumee, car on dormait ensemble dans le noir. J'ai d'abord jete un coup d'oeil sur la table de matieres. Il n'y a rien a redire, sauf j'observe que vous comme moi vous aimez les titres (chez moi c'est le Objet: en-tete) qui evoque sans rien expliquer. J'approuve. Vous avez pris la partie de n'inclure que des ouvrages de non-fiction dans votre bibliographie. Je trouve que c'est un peu dommage. Vous auriez pu faire un rubrique Fiction avec, par example, Oliver Twist et Crime & Chatiment, Light in August & Le Comte de Monte-Cristo ou Splendeurs et miseres des courtisanes. Je suis heureusement etonne de lire le nom de Thomas De Quincey, mais il y a trois omissions impardonnables: In Cold Blood de Truman Capote, The Executioner's Song de Norman Mailer & De la Psychose paranoiaque de Jacques Lacan. Je vous conseille surtout In Cold Blood. Vous ne dormirez pas pendant une semaine apres l'avoir lu. Putain, vous avez fini au mois de mars & le livre sort en avril? Ils sont rapides chez Robert Laffont. Je lis dans les Remerciements: "Avec sa gentille habituelle..." Il faut que je discute avec votre fille Floryane, qui est censee avoir corrige le manuscrit. (Vous ne l'avez pas serieusement ecrit a la main? Sinon cela s'appelle un tapuscrit.) Je suis meme alle verifier dans le dictionnaire de l'Academie. Bon, vous avez deja fait une faute d'orthographe dans son prenom, donc c'est pas etonnant. J'aimerais aussi quelques precisions sur le role exact de cette Simone Loze. C'est votre negre, votre editeur, votre co-auteur? Ca change tout. Pour autant que je sache, Simone a tout ecrit, et vous n'etes encore qu'un magistrat illetre comme les autres.

De: SAGReiss

Date: 2 mai 2015

Objet: La Justice

Jacques,

L'article que j'ai lu sur vous & votre livre vous felicite, en des termes un peu trop mievres a mon gout, de votre connaissance profonde & etendue de la Justice, car vous avez ete Juge d'Instruction & Procureur, et sans doute votre femme est avocate. Les americains ne comprennent pas ca: "Les procs & les avocats baisent ensemble?" En Amerique les procs, juges & avocats ne se disent pas bonjour. Au contraire, vous ne connaissez rien a la Justice, car vous avez oublie de connaitre le justiciable, le criminel, et c'est precisement a cette fin que D*eu m'a mis sur votre chemin, car je vais vous apprendre comment vit ce quatrieme etat de la Justice. Le poete "Terrible" Tom Middleton ecrit dans The Revenger's Tragedy (1604): "S'il n'y avait pas d'or & de cul, il n'y aurait pas de damnation." S'il n'y avait pas d'alcool, je crois qu'il n'y aurait pas de crime. Je suis un faux criminel, a savoir que personne sur cette liste, y compris les procs qui m'ont fait arreter, les juges qui m'ont condamne, le con d'avocat de ma femme Jerome Bouchet, la conne d'avocate de ma fille adoree Rose Maitre Co (Corinne Fuster, de qui le greffier de Nimes a loupe le prenom. Certes c'est pas facile, mais j'ai trouve une solution. J'ai une copine depuis vingt ans. Je l'appelle Cor[r]in[n]e.) ne croit que je sois coupable. Je buvais une biere avec Jean, le policier de mon village. Quand je lui ai dit que j'avais choppe vingt-six mois avec sursis, il a repondu: "Si c'est que du sursis..." Mais je connais des hommes, des amis a moi, dont il vaut mieux se mefier, un Breton, un Sicilien, un Croate & un Arabe. Ils boivent tous. Quand je dis boire, c'est pas comme dit ce con de proc Franck Alzingre: "Six bieres, le crescendo de l'acoolisme." Il y a des phrases qu'on oublie pas. Six bieres? C'est un petit dejeuner ca. Comme dit le gros con de Breton: "Il y a quatre verres dans une bouteille de whisky." Ca vous donne une idee de notre rythme de vie. Ensuite je vais me plagier encore une fois, une lettre privee a Maitre So, une serie de portraits de mes amis que je ne peux pas publier parce que c'est trop intime: "Il a un systeme de valeurs, comme toi & moi. Seulement son systeme de valeurs permet non seulement le vol, qui n'est pas tres grave apres tout, mais aussi une extreme violence, mais seulement par defense ou comme sanction d'une justice qu'il administre lui-meme." Je ne voulais pas vous ecrire aujourd'hui, car j'ai des choses a faire, mes impots, mes cheques, pension (volontairement), loyer, telephone & electricite. Si ce con de Sicilien ne me rend pas les mille balles qu'il me doit, ils vont rebondir tous. Soit. Je suis sur un coup la, donc je vais surfer la vague jusqu'a ce qu'on se deverse sur la plage.

Bonne journee.

Scott, pere de Rose

De: SAGReiss

Date: 1 mai 2015

Objet: Primo, Milton, Dante & Tomaso

Friends,

Cet apres-midi j'ai ecrit a Maitre So pour nos affaires, puis j'ai rajoute:

P.S. C'est sublime ce dialogue entre Dallest & Senechal. Je ne peux pas t'expliquer comment j'ai fait ca. Ce sont des choses qui m'arrivent.

Beaucoup d'artistes ont la meme impression. Je vous ai deja explique le cas plutot flagrant de Primo Levi. Il y a aussi Samuel Taylor Coleridge dans la note a son poeme d'outre-monde inacheve intitule Kubla Kahn dont je parle surement quelque part dans vr. Mais je voulais vous parler de mon ami John Milton. Il pretend avoir compose Le Paradis Perdu pendant son sommeil. Tous les matins il se reveillait & dictait encore cinquante ou cent vers a sa fille, je crois, car il etait devenu aveugle. Ce sont des conneries, bien sur, mais c'est peut-etre l'impression qu'il avait. (Merci, Jacques, pour la suivie sur Twitter. C'est mon compte Facebook qui alimente mon compte Twitter, mais je n'ai pas ose vous demander en amitie. J'ai profite du passage sur votre page pour voler encore une belle photo de vous, ci-jointe, que je vais publier bien entendu, puisque je l'ai trouvee dans le domaine public, et je la publie en Amerique de toute facon.) Moi aussi. J'ai eu l'idee d'imaginer un dialogue entre Dallest & Senechal aux chiottes, car j'ai la chiasse depuis deux ou trois jours, mais revenu a mon poste, les mots sont sortis tout seul, comme s'ils venaient d'ailleurs. Milton, avec Alexander Pope, est un des poetes les plus reguliers (du point de vue metrique) de la langue anglaise. En lisant Le Paradis Perdu pour la premiere fois, moi, qui ai le pentametre iambique dans l'oreille, je me rendais vite compte que c'etait beaucoup trop symmetrique, donc j'ai commence a compter les accents en tapant mes doigts sur le mur, car je lis au lit, depuis toujours. Il n'y a pas de vers irreguliers. Du moins je n'en ai pas trouve, mais quelle richesse, quelle variete de rythmes. Les Francais ne connaissent pas Milton. Je ne peux pas imaginer vivre sans l'avoir lu. Quoique j'aie jamais lu Dante. Le lire en traduction, ca ne me dit rien. Je suppose que So l'a lu en italien, car les Espagnols peuvent lire cette langue. Il y a vingt ans j'ai lu une sonnet de Michelange en italien, et j'en ai traduit le quatrain suivant en anglais:

Non ha l'ottimo artista alcun concetto
c'un marmo solo in se non circonscriva
col suo superchio, e solo a quello arriva
la man che ubbidisce all'intelletto.

The best of artists hardly can reflect
what yet a single marble block contains
within its girth, which labor he attains
but by the hand that heeds the intellect.

Il fallait oser ces rymes-la. La semaine derniere j'ai reussi a lire la lettre espagnole de Tomaso a ma mere, d'une politesse exquise, d'une delicatesse, d'une elegance... Je ne sais rien de ce monsieur, sauf qu'il a porte le backpack de ma mere (en plus du sien) sur 200 kilometres en 10 jours. Que D*eu le benisse.

Scott, pere de Rose

Jacques Dallest (à gauche) au sommet de la Tour de Beauvivier en Haute-Savoie

Jacques Dallest

De: SAGReiss

Date: 1 mai 2015

Objet: 2 Pics of Jacques

Jacques Dallest, Procureur General de Chambery: C'est qui ce con d'Americain?

Dominique Senechal, Procureur de Privas: Ne m'en parle pas. Il me fait chier depuis deux ans.

Jacques: Il est toujours comme ca?

Dominique: Oui, c'est son etat normal, sobre ou saoul.

Jacques: On peut faire quelque chose?

Dominique: Non. Christiane m'a dit qu'elle veut pas de lui dans ses prisons.

Jacques, j'ai une bonne nouvelle & une mauvaise nouvelle. J'ai fait honneur a votre livre en rajoutant une image de la premiere page a ma bibliographie, un livre que je n'ai meme pas encore lu, mais je doute d'en etre decu. J'ai fait honneur a votre personne en rajoutant une photographie de vous a la page de Metzker. Devinez laquelle est la bonne nouvelle. J'hesitais a mettre une capture d'ecran du texte, incherchable & inindexable, ou plutot a le retaper. J'ai decide que c'est plus respectueux de votre travail de le laisser tel quel. Vous allez me demander, comme M. Metzker, pere, l'a fait: "Pourquoi tant d'acharnement?" Je vais vous expliquer ca. Vous etes ma muse du moment, donc je vais poursuivre aussi loin que vous m'amenez. Il n'y a pas de mal. C'est de la bonne guerre, comme dit mon huissier lorsque ma femme me fait un coup particulierement bas. Il y a une raison pourquoi je ne mets pas de A: en-tete lorsque je reproduis un mail. Ca n'a aucune importance a qui l'on ecrit, contrairement a ce que avez pu tirer comme lecon de La Lettre Volee. N'importe qui peut devenir ma muse du jour. C'est votre tour. Maitre So & Maitre Metzker ont deja donne. Vous ne manquerez pas non plus de noter que le dialogue ci-dessus montre une troisieme raison d'inventer dans un roman de non-fiction. Je ne sais pas si cette conversation a reellement eu lieu, et si oui je ne sais pas comment elle s'est deroulee, car je n'etais pas la, donc je suis bien oblige de mentir, si vous voulez. Un mensonge est tres difficile a definir, mais le critere le plus important est la volonte d'induire en erreur dans un contexte de confiance. Or, la il n'y a aucune intention d'induire en erreur, et persone n'est assez con pour croire que j'ai entendu votre discussion avec Senechal, ni que ca s'est passe comme ca. Les flics ont le droit de mentir, une des raisons pour lesquelles on ne repond jamais a leurs questions, comme n'importe quel avocat dirait a son client, si jamais la France respectait Brusco c. France. En revanche, c'est impossible, aussi bien qu'illegal, de mentir a un flic, car il manque ce contexte de confiance. Les flics ne croient rien ni personne. On ne peut mentir qu'a quelqu'un qui croit.

Je vais prendre une douche, puis attaquer l'Apero des Peres.

Scott, pere de Rose

De: SAGReiss

Date: 30 avril 2015

Objet: I bought Jacques' book

Friends,

Quoique cela me chagrine de donner du pognon a un proc, j'ai quand meme achete le livre de mon ami Jacques, Procureur General de la Cour d'Appel de Chambery. Je suis alle sur le site de l'editeur Robert Laffont et j'ai lu le premier paragraphe. Ca brille. Depuis mon adolescence j'ai compris ca. Il suffit de lire la premiere phrase d'un livre pour savoir s'il est bon ou mauvais. Puisqu'on a parle de Herman Melville recemment: "Call me Ishmael." On ne peut pas ecrire beaucoup mieux que ca, et ce con de Jean Giono, qui a pourtant ecrit de beaux livres (sauf L'Hussard sur le Toit, qui brille surtout par son caractere execrable), a massacre la phrase en francais, traduisant: "Je m'appelle Ismael." Il n'a rien compris, l'enfoire. Tout le sens de la phrase, c'est: "Soit je ne sais pas moi-meme comment je m'appelle, soit je ne veux pas vous le dire, mais appelez-moi Ismael." C'est toute l'ambiguite de Moby Dick (1851) qui se resume en ces trois mots. Proust dit qu'on ne lit jamais un livre pour la premiere fois, car on ne peut pas comprendre la premiere phrase avant de lire la derniere. C'est pareil pour les langues. C'est impossible de ne parler qu'une langue, car, si l'on n'en parle pas au moins deux, on n'en parle aucune. Je vais vous citer la premiere phrase de certains livres qui m'ont particulierement touche et que vous ne connaissez pas, sauf peut-etre Maitre So & Jacques qui, malgre le fait qu'ils soient juristes, sont aussi des gens de lettres. La premiere qui m'est venu a l'esprit en revenant de chez la belle veterinaire portugaise (car j'ecris tres souvent mes lettres dans ma tete, en marchant, au bistrot, dans la voiture), c'est Fear and Loathing in Las Vegas (1971) par Hunter S. Thompson: "We were somewhere around Barstow on the edge of the desert when the drugs began to take hold." Evidemment, un journaliste de Louisville & un avocat mexicain en road trip, qui abusent serieusement de drogues & d'alcool, c'est pas forcement fait pour plaire aux magistrats, mais peu importe. La phrase brille. Ensuite je vais citer un, ou deux, de mes deux romans preferes, selon les premieres phrases que je trouve en ligne. The Sinking of the Odradek Stadium (1975) par Harry Mathews, traduit en francais par Georges Perec: "...confidence in words, Twang. I suck my tongue for your chervil-and-lavender flavor." Je ne sais toujours pas ce que c'est que le "chervil" (cerfeuil en francais), mais ca doit etre bon et se marier assez bien avec la lavende, que j'appelle toujours lavendre. Tlooth (1966) par Harry Mathews, traduit aussi en francais par Georges Perec: "Mannish Madame Nevtaya slowly cried 'Fur bowls!' and the Fideist batter, alert to the sense behind the sound of her words, jogged toward first base. The wind from the northern steppe blew coldly on the close of our season." Les deux premiers mots vous donne toute la clef du roman, mais personne ne s'en rend compte. Howl (1956) par Allen Ginsberg: "I saw the best minds of my generation destroyed by madness, starving hysterical naked,/dragging themselves through the negro streets at dawn looking for an angry fix". Encore une fois, un pede opiomane ne va pas vous plaire. Pourtant c'est un beau poeme, et j'ai le mp3 de Ginsberg en train de le lire. Ma mere l'a entendu: "C'est qui?" "Allen Ginsberg." "He was young then." Ham on Rye (1982) par Charles Bukowski:

The first thing I remember is being under something. It was a table, I saw a table leg, I saw the legs of the people, and a portion of the tablecloth hanging down. It was dark under there, I liked being under there. It must have been in Germany. I must have been between one and two years old. It was 1922. I felt good under the table. Nobody seemed to know that I was there. There was sunlight upon the rug and on the legs of the people. I liked the sunlight. The legs of the people were not interesting, not like the tablecloth which hung down, not like the table leg, not like the sunlight.

Toute la haine qu'il ressent pour sa famille s'exprime tout de suite. Deux paragraphes plus loin il dira: "These people spoke German most of the time and in the beginning I did too." (Henry Miller a appris l'allemand avant d'apprendre l'anglais lui aussi, mais il est ne a Brooklyn.) "Ces gens-la..." Buk parle evidemment de ses parents & de sa grand-mere paternelle. Est-ce que cette haine pour sa propre famille est celle de son enfance ou celle de l'homme d'age mur qui parle de ses ancetres defunts, qui les immortalise? Une derniere pour Jacques, car je connais deja vos gouts litteraires. Vous l'avez peut-etre deja lue, une nouvelle de G.K. Chesterton intitulee The Honour of Israel Gow (1911): "As green sap to the simmer trees/Is red gold to the Ogilvies." Ce n'est pas la toute premiere phrase, mais c'est sur la premiere page. Cette ryme, tout comme les deux premiers mots de Tlooth, divulgue tout le mystere de l'histoire, mais personne ne s'en rend compte. Evidemment, Jacques ne sait pas ecrire comme ces anglophones. Le francais est une langue pauvre & abstraite qui ne chante pas, comme dit mon ami Paul Valery, donc sa litterature (et j'ai tout lu, y compris La Terre de Zola dont Jacques parle dans son premier paragraphe, et je partage son avis, que c'est terrifiant) l'est tout autant. Mais Jacques sait ecrire, donc j'ai commande son livre, meme si je n'aime pas la violence physique, et le livre s'appelle Mes Homicides. Tant pis. J'aurai peur. Enfin, evidemment, je vous offre les premieres phrases de mon oeuvre vr (1996-2000) qui est a la base de Rose, Images & Prose (1996-present):

Move out the way, motherfuckers. It's big bad Gabe and I'm riding a brand-new, 150 mega herz, thoroughbred stallion called Bucephalus. Just looking at this monsterpiece of modern technology gives you a chronic and probably fatal case of pentium envy. While I've baptized the box, the mouse says "Venus" so it's kind of like the hermaphrodites of which Aristophanes spake in Plato's Banquet, as if any of you undergraduate scum had ever read that. It's got a 17" monitor bigger than the Ritz, a laser printer and speakers which scream and hiss at me whenever I screw up.

Regardez comment tout est deja invoque, mon troisieme prenom Gabriel (Gabe), mon deuxieme prenom Alexander (Bucephalus), Freud (pentium envy), la deesse grecque de l'amour, Le Banquet de Platon, ou l'on se saoule la gueule & parle de cul, et mon premier prenom Scott (A Diamond as Big as the Ritz [1922] par mon ami F. Scott Fitzgerald). On ne peut pas ecrire beaucoup mieux que ca.

Scott, pere de Rose

Jacques Dallest, Procureur Général près la Cour d’Appel de Chambéry, Mes Homicides (2015)

Jacques Dallest, Mes Homicides (2015)

Then said his servants unto him, What thing [is] this that thou hast done? thou didst fast and weep for the child, [while it was] alive; but when the child was dead, thou didst rise and eat bread.

And he said, While the child was yet alive, I fasted and wept: for I said, Who can tell [whether] GOD will be gracious to me, that the child may live?

But now he is dead, wherefore should I fast? can I bring him back again? I shall go to him, but he shall not return to me.

2 Samuel 12:21-23

וַיֹּֽאמְר֤וּ עֲבָדָיו֙ אֵלָ֔יו מָֽה־הַדָּבָ֥ר הַזֶּ֖ה אֲשֶׁ֣ר עָשִׂ֑יתָה בַּֽעֲב֞וּר הַיֶּ֤לֶד חַי֙ צַ֣מְתָּ וַתֵּ֔בְךְּ וְכַֽאֲשֶׁר֙ מֵ֣ת הַיֶּ֔לֶד קַ֖מְתָּ וַתֹּ֥אכַל לָֽחֶם׃

וַיֹּ֕אמֶר בְּעוֹד֙ הַיֶּ֣לֶד חַ֔י צַ֖מְתִּי וָֽאֶבְכֶּ֑ה כִּ֤י אָמַ֨רְתִּי֙ מִ֣י יוֹדֵ֔עַ וְחַנַּ֥נִי יְהוָ֖ה וְחַ֥י הַיָּֽלֶד׃

וְעַתָּ֣ה ׀ מֵ֗ת לָ֤מָּה זֶּה֙ אֲנִ֣י צָ֔ם הַֽאוּכַ֥ל לַֽהֲשִׁיב֖וֹ ע֑וֹד אֲנִי֙ הֹלֵ֣ךְ אֵלָ֔יו וְה֖וּא לֹֽא־יָשׁ֥וּב אֵלָֽי׃

And what had Anthony been doing? Exactly what has been related. He had learned to give himself up to being nothing but muscles to paddle with and eyes to search the river ahead; to use every faculty to slay and to keep from being slain by animals; to sharpen his five wits so keenly that the world without became the world within – and he had discovered how to master the world without and how to cope with it.

Hervey Allen, Anthony Adverse (1933)

Where the empiricist does encounter difficulty is in connection with the truths of formal logic and mathematics. For whereas a scientific generalisation is readily admitted to be fallible, the truths of mathematics and logic appear to everyone to be necessary and certain. But if empiricism is correct no proposition which has a factual content can be necessary or certain. Accordingly the empiricist must deal with the truths of logic and mathematics in one of two ways: he must say either that they are not necessary truths, in which case he must account for the universal conviction that they are; or he must say that they have no factual content, and then he must explain how a proposition which is empty of all factual content can be true and useful and surprising. If neither of these courses proves satisfactory, we shall be obliged to give way to rationalism.

A. J. Ayer, Language, Truth and Logic (1936)

C’est ici l’être même de la parole qui est porté sur le théâtre: la plus profonde des tragédies raciniennes est aussi la plus formelle; car l’enjeu tragique est ici beaucoup moins le sens de la parole que son apparition, beaucoup moins l’amour de Phèdre que son aveu. Ou plus exactement encore: la nomination du Mal l’épuise tout entier, le Mal est une tautologie, Phèdre est une tragédie nominaliste [...]

La ruse d’Œnone consiste précisément, non pas à reprendre l’aveu de Phèdre, à l’annuler, ce qui est impossible, mais à le retourner: le mot restera intact, simplement transféré d’un personnage à l’autre [...]

La divinité cachée de Phèdre n’est pas Vénus, ni le Soleil, c’est ce “dieu formidable aux parjures” dont le temple se dresse aux portes de Trézène.

Roland Barthes, Sur Racine (1965)

Aux portes de Trézène, et parmi ces tombeaux,
Des princes de ma race antiques sépultures,
Est un temple sacré formidable aux parjures.
C’est là que les mortels n’osent jurer en vain.

Jean Racine, Phèdre (1677)

Avant-hier nous fûmes chez une femme qui nous en fit baiser deux autres. L’appartement délabré et percé à tous les vents était éclairé par une veilleuse, on voyait un palmier par la fenêtre sans carreaux, et les deux femmes turques avaient des vêtements de soie brochés d’or. C’est ici qu’on s’entend en contrastes, des choses splendides reluisent dans la poussière. J’ai baisé sur une natte d’où s’est déplacée une nichée de chats. Étrange coït que ceux où l’on se regarde sans pouvoir parler: le regard est doublé par la curiosité et l’ébahissement. J’ai peu joui du reste, ayant la tête par trop excitée. Ces cons rasés font un drôle d’effet. Elles avaient du reste des chairs dur[e]s comme du bronze, et la mienne possédait un admirable fessier.

Gustave Falubert, Lettre à Louis Bouilhet (1849)

It is (to describe it figuratively) as if an author were to make a slip of the pen, and that this clerical error became conscious of being such. Perhaps this was no error but in a far higher sense was an essential part of the whole exposition. It is, then, as if this clerical error were to revolt against the author, out of hatred for him, were to forbid him to correct it, and were to say, “No, I will not be erased, I will stand as a witness against thee, that thou art a very poor writer.”

Søren Kierkegaard, The Sickness unto Death (1849), as quoted in J.D. Salinger’s Raise High the Roof Beam, Carpenters (1955)

Quand les Dévas, les hommes et les Asuras, lisons-nous au premier Brâhmana de la cinquième leçon du Bhradâranyaka Upanishad, terminaient leur noviciat avec Prajapâti, ils lui firent cette prière: “Parle-nous”.

Da, dit Prajapâti, le dieu du tonnerre. M’avez-vous entendu?”. Et les Devas [sic] répondirent: “Tu nous as dit: Damyata, domptez-vous”, – le texte sacré voulant dire que les puissances d’en haut se soumettent à la loi de la parole.

Da, dit Prajapâti, le dieu du tonnerre. M’avez-vous entendu?”. Et les hommes répondirent: “Tu nous as dit: Datta, donnez”, – le texte sacré voulant dire que les hommes se reconnaissent par le don de la parole.

Da, dit Prajapâti, le dieu du tonnerre. M’avez-vous entendu?”. Et les Asuras répondirent: “Tu nous as dit: Dayadhvam, faites grâce”, – le texte sacré voulant dire que les puissances d’en bas résonnent à l’invocation de la parole.

C’est là, reprend le texte, ce que la voix divine fait entendre dans le tonnerre: Soumission, don, grâce. Da da da.

Car Prajapâti à tous répond: “Vous m’avez entendu”.

Jacques Lacan, Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse (1953)

What the Thunder Said [...]
DA
Datta: what have we given? [...]
DA
Dayadhvam: I have heard the key [...]
DA
Damyata: The boat responded [...]
Datta. Dayadhvam. Damyata.*

*“Datta, dayadhvam, damyata” (Give, sympathise, control). The fable of the meaning of the Thunder is found in the Brihadaranyaka – Upanishad, 5:1. A translation is found in Deussen’s Sechzig Upanishads des Veda, p. 489.

T.S. Eliot, The Wasteland (1922)

Rien donc ne peut sauver la position de la police, et l’on n’y changerait rien à améliorer “sa culture”. Scripta manent, c’est en vain qu’elle apprendrait d’un humanisme d’édition de luxe la leçon proverbiale que verba volant termine. Plût au ciel que les écrits restassent, comme c’est plutôt le cas des paroles: car de celles-ci la dette ineffaçable du moins féconde nos actes par ses transferts.

Les écrits emportent au vent les traites en blanc d’une cavalerie folle. Et, s’ils n’étaient feuilles volantes, il n’y aurait pas de lettres volées.

Jacques Lacan, Le Séminaire sur “La Lettre volée” (1955)

“Here, then,” said Dupin to me, “you have precisely what you demand to make the ascendancy complete – the robber’s knowledge of the loser’s knowledge of the robber.”

Edgar Allan Poe, The Purloined Letter (1845)

In this garden, which he hadn’t looked at since the day Hugh arrived, when he’d hidden the bottle, and which seemed carefully and lovingly kept, there existed at the moment certain evidence of work left uncompleted: tools, unusual tools, a murderous machete, an oddly shaped fork, somehow nakedly impaling the mind, with its twisted tines glittering in the sunlight, were leaning against the fence, as also was something else, a sign uprooted or new, whose oblong pallid face stared through the wire at him. ¿Le gusta este jardín? it asked...

¿LE GUSTA ESTE JARDÍN? ¿QUE ES SUYO?

¡EVITE QUE SUS HIJOS LO DESTRUYAN!

The Consul stared back at the black words on the sign without moving. You like this garden? Why is it yours? We evict those who destroy! Simple words, simple and terrible words, words which one took to the very bottom of one’s being, words which, perhaps a final judgement on one, were nevertheless unproductive of any emotion whatsoever, unless a kind of colourless cold, a white agony, an agony chill as that iced mescal drunk in the Hotel Canada on the morning of Yvonne’s departure.

Malcolm Lowry, Under the Volcano (1947)

With the refinements that come with maturity the smells faded out, to be replaced by only one other distinctly memorable, distinctly pleasurable smell – the odor of the cunt. More particularly the odor that lingers on the fingers after playing with a woman, for, if it has not been noticed before, this smell is even more enjoyable, perhaps because it already carries with it the perfume of the past tense, than the odor of the cunt itself. But this odor, which belongs to maturity, is but a faint odor compared with the odors attaching to childhood. It is an odor which evaporates, almost as quickly in the mind’s imagination, as in reality. One can remember many things about the woman one has loved but it is hard to remember the smell of her cunt – with anything like certitude.

Henry Miller, Tropic of Capricorn (1938)

Es gibt Träume von Landschaften oder Örtlichkeiten, bei denen im Traume noch die Sicherheit betont wird: Da war ich schon einmal. Dieses ”Déjà vu“ hat aber im Traum eine besondere Bedeutung. Diese Örtlichkeit ist dann immer das Genitale der Mutter; in der Tat kann man von keiner anderen mit solcher Sicherheit behaupten, daß man ”dort schon einmal war“.

Sigmund Freud, Die Traumdeutung (1899)

Es ist eigentlich um das Sprechen und Schreiben eine närrische Sache; das rechte Gespräch ist ein bloßes Wortspiel. Der lächerliche Irrthum ist nur zu bewundern, daß die Leute meinen – sie sprächen um der Dinge willen. Gerade das Eigenthümliche der Sprache, daß sie sich blos um sich selbst bekümmert, weiß keiner.Darum ist sie ein so wunderbares und fruchtbares Geheimniß, – daß wenn einer blos spricht, um zu sprechen, er gerade die herrlichsten, originellsten Wahrheiten ausspricht. Will er aber von etwas Bestimmten sprechen, so läßt ihn die launige Sprache das lächerlichste und verkehrste Zeug sagen. Daraus entsteht auch der Haß, den so manche ernsthafte Leute gegen die Sprache haben. Sie merken ihren Muthwillen, merken aber nicht, daß das verächtliche Schwatzen die unendlich ernsthafte Seite der Sprache ist. Wenn man den Leuten nur begreiflich machen könnte, daß es mit der Sprache wie mit den mathematischen Formeln sei – Sie machen eine Welt für sich aus – Sie spielen nur mit sich selbst, drücken nichts als ihre wunderbare Natur aus, und eben darum sind sie so ausdruckvoll – eben darum spiegelt sich in ihnen das Werhältnißspiel der Dinge. Nur durch ihre Freiheit sind sie Glieder der Natur und nur in ihren freien Bewegungen äußert sich die Weltseele und macht sie zu einem zarten Maaßstab und Grundriß der Dinge. So ist es auch mit der Sprache – wer ein feines Gefühl ihrer Applicatur, ihres Takts, ihres musikalischen Geistes hat, wer in sich das zarte Wirken ihrer innern Natur vernimmt, und danach seine Zunge oder seine Hand bewegt, der wird ein Prophet sein, dagegen wer es wohl weiß, aber nicht Ohr und Sinn genug für sie hat, Wahrheiten wie diese schreiben, aber von der Sprache selbt zum Besten gehalten und von den Menschen, wie Cassandra von den Trojanern, verspottet werden wird. Wenn ich damit das Wesen und Amt der Poesie auf das deutlichste angegeben zu haben glaube, so weiß ich doch, daß es kein Mensch verstehn kann, und ich ganz was albernes gesagt habe, wiel ich es habe sagen wollen, und so keine Poesie zu Stande kommt. Wie, wenn ich aber reden müßte? und dieser Sprachtrieb zu sprechen das Kennzeichen der Eingebung der Sprache, der Wirksamkeit der Sprache in mir wäre? und mein Wille nur auch alles wollte, was ich müßte, so könnte dies ja am Ende ohne mein Wissen und Glauben Poesie sein und ein Geheimniß der Sprache verständlich machen? und so wär’ ich ein berufner Schriftsteller, denn ein Schriftsteler ist wohl nur ein Sprachbegeisterter? –

Novalis, Monolog (1799)

Katharine [Catherine de Valois, fille de Charles VI]: De foot et de coun! O Seigneur Dieu! ce sont mots de son mauvais, corruptible, gros, et impudique, et non pour les dames d’honneur d’user: je ne voudrais prononcer ces mots devant les seigneurs de France pour tout le monde. Foh! le foot et le coun!

William Shakespeare, Henry V (1599)

Caliban: You taught me language; and my profit on’t
Is, I know how to curse. The red plague rid you
For learning me your language! [...]

Ferdinand: My language! heavens!
I am the best of them that speak this speech,
Were I but where ‘tis spoken.

William Shakespeare, The Tempest (1611)

1st Chorus: Damned if you do, and damned if you don’t.

Sophocles, Ajax (c. 440 BCE)

Ἡμιχόριον 1: πόνος πόνῳ πόνον φέρει.

SAGReiss